Page de garde

La pandémie est une crise qui comporte à la fois une menace pour les communautés marginalisées et une opportunitépour un changement social radical.

« Abattez-les ». Ce sont les ordres du président philippin, Rodrigo Duterte, sur la manière dont les soldats et le gouvernement du pays devraient utiliser une approche de type « loi martiale » pour faire respecter le strict confinement imposé pour limiter l'impact de la pandémie de coronavirus.

Au moment où villes et pays se cloîtrent afin d’abaisser la courbe statistique du coronavirus, nous prenons des risques en choisissant la mauvaise analogie pour ce dont nous avons vraiment besoin en ces temps si périlleux. «Faire la guerre» est l’analogie la plus mensongèrement tentante pour mobiliser les ressources privées et publiques afin de contrer un danger imminent. Or, nous devrions résister à cette tentation.

Tandis que des centaines de trafiquants d’armes se préparaient à se réunir pour la conférence annuelle de l’Agence Européenne de Défense, des centaines d’affiches sont apparues dans tout le cantonnement européen de Bruxelles pour protester contre l’industrie de l’armement et la complicité de ses PDG dans l’armement des régimes dictatoriaux et la militarisation des frontières européeennes. Airbus,BAE Systems, MBDA, FN Herstal et Leonardo étaient parmi les sociétés qui étaient ciblées par cette action.

L’Internationale des Résistants à la Guerre a été récemment rejointe par de nouveaux partenaires. Un des nouveaux partenaires de notre réseau en expansion est le Réseau de Soutien aux Prisonniers de Conscience Ambazoniens (APOCS Net).En cette Journée des Prisonniers pour la Paix , nous avons montré le travail du réseau APOCS Net et avons encouragé nos sympathisants à écrire aux prisonniers de conscience Ambazoniens, tout comme aux autres prisonniers pour la paix et la conscience

Dimanche 1er décembre était la Journée des Prisonniers pour la Paix. Depuis plus de soixante ans , ce jour là, nous avons partagé des histoires et des détails pour contacter les objecteurs de conscience et les militants pour la paix qui ont été emprisonnés pour avoir refusé de prendre les armes et pour résister à la guerre.

Aux récents congrès et réunion de l’IRG en Colombie, nous avons eu le plaisir d’accueillir six nouveaux partenaires sur notre réseau international.

En août 2019, nous avons accueilli avec enthousiasme un nouveau membre sur notre réseau international– Pasifika, basé en Papouasie occidentale. Fin août l’armée indonésienne a commencé des mesures de répression violente en Papouasie occidentale, ce qui a amené à une réaction non-violente de masse dans toute la région.

Du 30 juillet au 1er août 2019, des militants de toute la Colombie, de l’Amérique Latine et du reste du monde se sont réunis à Bogota pour le Congrès de l’ ’Antimilitarisme en Mouvement, un rassemblement de trois jours pour explorer les expériences de la guerre et du militarisme qui s’entrecroisent- et la résistance de nos mouvements au militarisme- en provenance du monde entier.

Le Ministère de la Défense de la Corée du Sud a proposé un système pour un service qui remplacerait le service militaire le 28 décembre, suite à une décision historique de la Cour Constitutionnelle en juin, qui a décidé que la loi en vigueur ne garantit pas la liberté de conscience.