Colombie

Du 30 juillet au 1er août 2019, des militants de toute la Colombie, de l’Amérique Latine et du reste du monde se sont réunis à Bogota pour le Congrès de l’ ’Antimilitarisme en Mouvement, un rassemblement de trois jours pour explorer les expériences de la guerre et du militarisme qui s’entrecroisent- et la résistance de nos mouvements au militarisme- en provenance du monde entier.

L'Objecteur de Conscience Diego Blanco de Colombie a été recruté illégalement par l’armée Colombienne, en dépit de son droit à un sursis en raison de son statut d’étudiant. Il est actuellement forcé de faire son service  dans la Compagnie de Cavalerie Mécanisée No 4 Juan de Corral de l’armée Colombienne à Rionegro, Antioquia.

Depuis sa déclaration comme Objecteur de Conscience le 20 mars 2017, Diego Blanco a été soumis à l’agression et au harcèlement de ses supérieurs. Quand il a refusé de prendre une arme cette semaine, il a été attaqué par l’Adjudant-Chef  Oscar Camacho Cartagena et a été menacé de cour martiale pour désobéissance et insubordination.

Une décision nouvelle de la Cour constitutionnelle de Colombie concernant les cas de deux objecteurs de conscience a stimulé les militant-e-s colombien-ne-s. Ces deux objos avaient été incorporés de force à l'armée et la Cour a ordonné au Bureau national du recrutement qu'il examine les requêtes des objecteurs de conscience dans les 15 jours, qu'il publie un prospectus qui notifie à la jeunesse les motifs d'exemptoin, de réforme et leur droit à l'objection de conscience. Elle ordonne aussi que soit mis fin aux détentions arbitraires, y compris les batidas (arrestations aux fins de recrutements forcés effectuées le plus souvent dans des espaces publics). Ce droit inclut celui de réclamer son droit à l'objection de conscience une fois encaserné. La Cour a aussi demandé à l'armée de rendre un rapport, dans les six mois, sur la mise en oeuvre de ces décisions. Si elles sont entièrement appliquées, cela marquerait un changement énorme pour la jeunesse en Colombie, et plus particulièrement pour les objecteurs de conscience.

Pour plus de détails (en espagnol)...

En Finlande, l'Union des objecteurs de conscience (AKL - Union of Conscientious Objectors) lancent une pétition réclamant à leur gouvernement la fin de la conscription et de l'emprisonnement des objecteurs de conscience. Merci d'y ajouter votre nom ici.

« En septembre 2001, lors de ma demande aux autorités serbes de reconnaître mon droit à l'objection de conscience, douze 12 objos pour raisons religieuses y étaient emprisonnés. Avec la campagne organisée par l'IRG et d'autres groupes pacifistes, j'ai échappé à la prison et, de plus, les douze incarcérés furent libérés dans les mois qui ont suivi.»

Igor Seke, Objecteur de conscience en Serbie

Merci de soutenir notre action pour les objecteurs de conscience et les prisonniers et prisonnières pour la paix. Merci de prendre du temps le 1er décembre – Journée internationale – pour écrire des lettres au prisonniers et prisonnières (cf liste jointe). Et, pour que nous continuions notre action, merci de donner généreusement pour soutenir l'action de l'IRG .

S'abonner à Colombie