Allemagne : Prison pour action non violente contre la base aérienne de Büchel

en
fr
A group of 8 people stand, holding a banner with an anti-nuclear message written on it in German

Le 30 mai, des militants pacifistes allemands entameront une marche pour la paix depuis la base aérienne de Büchel, dans les collines de l'Eifel, jusqu'à la prison de Wöllstein, en Rhénanie-Palatinat. Cette marche de cinq jours débutera par une veillée devant l’entrée principale de la base etpassera par Cochem, Bingen et Mayence avant d’atteindre Wöllstein. A l’issue de la marche, un des participants - Gerd Büntzly - commencera à purger sa peine de prison de substitution à la suite d'une action non violente menée à Büchel en 2023.

La base aérienne de Büchel accueille deux escadrons de l'US Air Force et abriterait 10 à 15 armes nucléaires B61. Les pistes d'atterrissage sont actuellement en cours d'extension pour permettre à de nouveaux avions de remplacer les Tornado qui y sont actuellement stationnés. De nouvelles bombes nucléaires « plus performantes » seront également livrées par les États-Unis, ce qui augmentera le risque d'utilisation de l'arme nucléaire. L'année dernière, deux citoyens américains ont été détenus dans une prison allemande pendant plusieurs mois après avoir refusé de payer des amendes à la suite d'actions de désobéissance civile sur la base.

Le 4 juin 2024, une autre citoyenne américaine, Susan Crane, purgera une peine de prison de 229 jours. Une Néerlandaise, Susan van der Hijden, commencera sa peine de substitution à la même date. Un troisième militant, Gerd Büntzly, a été condamné à une amende équivalente à 90 jours de revenus ; il s'attend à aller en prison pendant 45 jours en vertu d'une nouvelle loi entrée en vigueur en février.

C'est la cinquième fois que Gerd va en prison au lieu de payer son amende. La condamnation actuelle est due à une action menée le 8 mai 2023, lorsqu'il a occupé le site militaire de Büchel avec six autres personnes. Le jour du procès, une autre femme du groupe était également présente au tribunal. Elle a expliqué en détail les motifs de l'action non violente à laquelle elle a pris part, mais Gerd a déclaré qu'il ne serait plus en mesure de se défendre et qu'il resterait simplement silencieux au tribunal. Pour expliquer son silence, Gerd a déclaré que les tribunaux avaient entendu suffisamment de fois les arguments contre la base, mais qu'ils n'en avaient tenu aucun compte. Il a également fait valoir que le tribunal avait rejeté leurs demandes d'inclure des preuves relatives aux activités se déroulant sur la base.

La question de ces activités a été soulevée à de nombreuses reprises devant les tribunaux allemands ; le tribunal régional supérieur de Coblence s'est déjà prononcé sur la question, mais toutes les demandes d'inclusion de ces preuves dans les affaires judiciaires liées à la désobéissance civile ont été rejetées : « Cela n'a pas d'importance ». Les militants ont toujours trouvé ce comportement inconscient et arrogant ; les tribunaux semblent considérer la question des armes nucléaires comme n'importe quelle autre, et que les actes de désobéissance civile à Büchel ne sont pas différents de l'intrusion dans un jardin privé.

La marche pour la paix de Büchel à la prison de Wöllstein-Rohrbach commencera le 30 mai 2024 par une veillée devant l’entrée principale de Büchel et passera par Cochem, les collines du Hunsrück, Bingen et Mayence pour se terminer cinq jours plus tard. Une douzaine de personnes seront présentes. Les marcheurs profiteront de l'occasion pour entrer en contact avec des militants pacifistes de toute la région et pour commémorer la résistance qui s'est déroulée dans les collines du Hunsrück il y a 40 ans (lorsque 200 000 personnes ont protesté contre le déploiement de missiles armés d'ogives nucléaires). Les militants locaux ont promis d'organiser une veillée devant la prison au moins une fois par semaine.

Les dates d'audience suivantes ont été fixées cette année :

  • 13 mai : à 9h00 et 13h30 devant le tribunal de district de Cochem
  • 16 mai : à 15 heures, procès en appel devant le tribunal régional de Coblence
  • 25 juin : à 8h00, procès en appel devant le tribunal régional de Coblence
  • 27 juin : à 8h00, procès en appel devant le tribunal de grande instance de Coblence.

A partir du 4 juin, vous pouvez écrire des cartes ou des lettres de solidarité :

  • Susan Crane, Justizvollzugsanstalt Rohrbach. Peter-Caesar-Allee 1, 55597 Wöllstein
  • Susan van der Hijden, Justizvollzugsanstalt Rohrbach. Peter-Caesar-Allee 1, 55597 Wöllstein
  • A partir du 15 juin : Gerd Büntzly, JVA Senne, Senner Str. 250, 33659 Bielefeld
Programmes & Projects
Countries
Theme

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.