Féminités et masculinités : analyser le militarisme sous l'angle du patriarcat

en
es
fr
Author(s)
Natalia García Cortés
Translated by
Aurelien Corniau (FR)

Le militarisme peut être analysé sous différents angles ; de la classe à la race, au sexe. Vous pouvez établir des liens entre le militarisme et d'autres problèmes sociaux tels que le changement climatique, les déplacements internes et externes, la discrimination et bien d'autres.

Pendant de nombreuses décennies, les féministes ont critiqué le fonctionnement du pouvoir et du contrôle dans un système patriarcal et, par coïncidence, les antimilitaristes ont critiqué ces mêmes choses dans une société militarisée, entraînant différentes actions et « langues » pour changer et comprendre le même phénomène.

En regardant le militarisme, mais à travers le prisme du patriarcat [1], il est possible de voir et de comprendre comment les deux partagent les mêmes valeurs et sont basés sur des masculinités et des féminités hégémoniques.

Dans une présentation perspicace faite par l'antimilitariste féministe Koldobi Velasco lors du premier forum de l'activisme, des droits de l'homme et de la justice sociale à Las Palmas, elle a expliqué la relation entre la militarisation [2], le militarisme [3] et le patriarcat. Elle soutient que le patriarcat et le militarisme partagent les mêmes valeurs (ou comme elle les appelle des contre-valeurs): la hiérarchie; la violence; obéissance; individualisme; dédain pour la vie, pour les êtres humains et pour l'environnement; autoritarisme; victimisation et minimisation des femmes; uniformité; homogénéité; exclusion; contrôle. Tous deux tentent de réprimer la dissidence et de défendre les intérêts de la classe dirigeante. De plus, les corps des femmes sont colonisés, contrôlés, considérés comme un objectif militaire, comme une arme, comme un champ de bataille.

Le patriarcat définit la masculinité, définit les rôles masculins, ses valeurs, ses caractéristiques et demande aux hommes de les accomplir. Les hommes devraient se comporter selon ces mandats partout, à chaque fois. En même temps, il définit les féminités et la manière dont les femmes doivent se comporter et agir, partout, à chaque fois. Le militarisme utilise ces deux ensembles de rôles et de caractéristiques pour dire ce qui est souhaitable et ce qui ne l'est pas, ce qui devrait être encouragé, ce qui devrait être contrôlé et dominé, et comment.

J'ai entendu à maintes reprises que les femmes, et en particulier les femmes féministes, ne devraient pas se plaindre de la situation actuelle dans laquelle nous vivons. Dans la plupart des pays, nous pouvons voter, nous pouvons étudier dans les universités, nous pouvons accéder à des emplois (bien que nous ne soyons jamais assez payés par rapport à nos collègues masculins ou nous n'avons pas les mêmes opportunités), mais aussi dans la plupart des pays nous n'avons pas à faire le service militaire. Compte tenu de cela et de la question qui nous interpelle, que disent les femmes ou les féministes de la guerre, du militarisme et du service militaire obligatoire ? Pourquoi est-ce quelque chose qui devrait nous préoccuper ? Je peux voir pourquoi ce n'est pas clair car il semble que les seuls qui soient « directement » affectés par ces derniers sont des hommes, car ce sont généralement ceux qui sont enrôlés et - la plupart du temps - forcés de prendre les armes. Mais la vérité est que tant les femmes que les hommes sont affectés, de manière spécifique et différente, par le militarisme.

Nous sommes tellement habitués à vivre dans une culture patriarcale que nous pouvons à peine percevoir que nous essayons de penser et de nous comporter comme le veut le système. Même lorsque nous avons pris le temps de remettre en question ces valeurs et ces rôles imposés, c'est difficile et il faut du temps pour les changer.

Les forces armées et la police représentent clairement des rôles masculins traditionnels. Ce qui est demandé aux militaires ou aux policiers, c'est exactement ce que les hommes doivent être. Parfois, les hommes se voient proposer différentes manières de répondre à ces attentes masculines, d'exercer leur pouvoir, d'utiliser ces valeurs ; tous ceux qui rejoignent l'armée ou soutiennent le militarisme ne sont pas des soldats, certains hommes effectuent des tâches administratives, investissent dans l'industrie militaire ou travaillent pour des entreprises technologiques ou des banques qui bénéficient de la guerre. Et même lorsque les hommes ne veulent pas suivre cette masculinité imposée, rejoindre l'armée ou faire leur service militaire, ils sont obligés ou persuadés de le faire parce qu'ils n'ont aucune autre opportunité d'emploi, ou parce qu'ils ne peuvent pas accéder à des avantages civils tels que l'éducation, les postes publics ou voyager librement à l'intérieur ou à l'extérieur de leur pays, sauf s'ils ont fait le service militaire.

Mais les femmes rejoignent également les armées, et cela se produit pour de nombreuses raisons. Certaines femmes le font pour la tradition, d'autres parce qu'elles ressentent le besoin de protéger leur pays ou parce qu'elles trouvent que rejoindre l'armée est une opportunité d'emploi raisonnable et enrichissante. Beaucoup peuvent vouloir échapper aux attentes de genre, mais en regardant de très près, au-delà d'un changement de rôle relatif sur le plan personnel, rien dans les structures ne change; les forces armées ne sont pas moins patriarcales, moins violentes ou plus égalitaires; bien que telle soit l’intention de nombreuses armées et corps de police en permettant l’incorporation de femmes dans leurs rangs: ce que l’on appelle le «purple-washing» [4] mentionné dans l’une des rapports récents de Centrè Delás [5].

Ce système patriarcal trouve toujours de nouvelles façons d'utiliser à son profit les idées, les discours et les pratiques qui s'y opposaient jadis. Plus que jamais, la législation de différents pays utilise un discours sur l'égalité des sexes pour essayer d'incorporer les femmes dans leurs propres structures violentes et militaires. Par exemple, le Parti travailliste au Mexique a proposé de réformer la loi sur le service militaire pour introduire le service militaire obligatoire pour les femmes et en Finlande, le gouvernement a fait une proposition qui implique l'introduction du service civil pour les femmes.

En Colombie, après les manifestations de novembre et décembre 2019 qui ont fait face à la violence extrême de l'unité anti-émeute (ESMAD), le maire nouvellement élu - conscient de la manifestation qui allait se produire en janvier - a trouvé une « solution » pour éviter ces désagréments avec les manifestants et l'unité anti-émeute. L’unité anti-émeute n’allait pas assister aux manifestations, mais plutôt les mères des officiers ! Je sais, cela peut ressembler à une blague, mais malheureusement, ce n’est pas le cas. La proposition consistait à remplacer l'unité par les mères des agents, de sorte que pendant les manifestations, les gens ne seraient pas obligés de faire des graffitis ou de commencer une confrontation avec la police. La culture patriarcale a toujours méprisé le rôle des mères dans nos sociétés et a toujours considéré le travail qu’elles accomplissent comme improductif et sans importance. Cependant, dans cette situation spécifique, cela a été utile, uniquement parce qu'ils allaient jouer le rôle joué par la police et l'unité anti-émeute.

Le militarisme est l'expression exacerbée des valeurs de la culture patriarcale. Cela fait partie des médias, de l'éducation que nous recevons, de notre vie quotidienne et même de nos relations et interactions sociales. Et c'est le piège, pour le rendre si normal, si naturel, si évident, que personne n'ose le remettre en question ou le voir. Heureusement, les antimilitaristes, inspirés par l’analyse et l’activisme féministes, ont exposé et contesté de plus en plus fréquemment les relations entre patriarcat et militarisme au fil des ans.


[1] Système de domination basé sur l'oppression et le contrôle d'un groupe (hommes-masculin) au-dessus d'un autre (femmes-féminin), afin de maintenir leurs privilèges, généralement par des pratiques et des idées violentes.

[2] Présence et incidence des forces armées dans différentes institutions et actions avec un soutien financier privé et / ou public.

[3] Une idéologie qui soutient la militarisation des sociétés. Justifie les réponses militaires et, par conséquent, l'existence d'armées pour faire face aux conflits nationaux ou internationaux, déguisées en sécurité et protection de la population.

[4] Comme dans le rapport, l'instrumentalisation des femmes et du féminisme pour promouvoir une fausse image de l'égalité des sexes et de la modernité.

[5] Centre de recherche sur les questions liées au désarmement et à la paix dans l'État espagnol.

Information sur l'auteur

Right to Refuse to Kill Programme Worker

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

About the authors

Right to Refuse to Kill Programme Worker

Right to Refuse to Kill Programme Worker

Right to Refuse to Kill Programme Worker