Non à l’égalité dans le militarisme

el
en
fr

La déclaration suivante a circulé le 25 décembre2015 chez le collectif féministe TO MOV et est signée maintenant par plus de collectifs et d’organisations :

 Au moment où la revendication démocratique est l’abolition du service militaire obligatoire, le Ministre de la Défense, semble, au contraire, souhaiter l’extension de ce service aux femmes.

 D’après des publications, une nouvelle loi est préparée pour la création d’écoles secondaires militaires (lycées) dans lesquels tous ceux qui planifient une profession à l’armée ou à la police s’enrôleront, et aussi les femmes qui s’enrôlent dans ces lycées devront accomplir par la suite un service militaire « volontaire », afin d’être éligibles aux examens dans les académies respectives. Nous sommes confrontés à une proposition d’une réforme radicale et réactionnaire du système d’éducation dans le secondaire, qui ne doit pas passer. Que dit le Ministre de la Défense ? Le Ministre de la Défense décide-t-il seul dans son propre ministère ? Par quel droit ?

 L’intention du Ministre de la Défense, Mr. Kamenos, pour le service militaire « volontaire » des femmes a été publiée, il y a quelques mois, avec la promesse que ces femmes pourraient obtenir des points qui les aideraient pour un engagement dans le secteur public. Comment un tel service pourrait-il être « volontaire » à un moment où 60% des jeunes femmes sont sans emploi ? C’est simplement le fromage dans un piège militaire, qui pourrait être mangé par pas mal de femmes.

 Des 47 états-membres du Conseil de l’Europe, dont 28 sont membres de l’Union européenne, seuls 16 ont un service militaire obligatoire aujourd’hui. De plus, le seul exemple de mobilisation de femmes qu’on a, est en Israël, l’état super-militarisé et agressif, où les femmes et les organisations féministes luttent pour la paix et contre le service militaire des hommes et des femmes, ainsi que pour la défense de tous ceux qui rejettent la mobilisation. Nous aussi, nous défendons les objecteurs de conscience en Grèce. 

 Comme féministes, nous avons déclaré pendant beaucoup de décennies que l’égalité dans le militarisme ne favorise pas l’égalité de genre mais uniquement les centres de pouvoir, les marchands d’armes et la corruption.

 De telles réformes ne conduisent pas à l’égalité, mais au contraire, placent plus d’obstacles aux femmes, puisque, jusqu’à maintenant, des femmes et des hommes ont le droit à une carrière dans les forces armées et la police dans toutes les compétences, avec des conditions et des procédures uniformes.

 La proposition spécifique a pour but de fermer les trous crées par la diminution du budget de la défense (près de 200 millions d’euros pour 2016). Malgré la diminution bien accueillie dans ce budget, pourtant, nous restons le 7e pays au monde (par tête d’habitant) pour les dépenses militaires.

 Nous réclamons une diminution radicale des dépenses militaires et l’utilisation de ces fonds pour sauver les services sociaux. Nous avons besoin de plus de dépenses pour l’éducation, puisque nous dépensons moins que la moitié des moyens des états de l’UE. Nous avons besoin de plus d’enseignants, de plus d’infirmières et d’accoucheuses, de plus de docteurs et de plus d’abris pour les femmes battues, mais de moins de tanks, de force aérienne et de sous-marins défectueux. 

Veuillez circulez largement notre déclaration, nous avons besoin de votre soutien

http://tomov.gr/fr/2016/01/18

Programmes & Projects
Countries
Theme

Ajouter un commentaire

This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.