Equipe pour la paix dans les Balkans

Le fusil brisé, 1994, n° 29.

Yeux ouverts en Croatie

Otvorene Oči - “Yeux ouverts”, l'Equipe pour la paix en Croatie – a établi ses quartiers à Split ainsi qu'à Zagreb. A la fin de leur période initiale d'exploration de deux mois, l'équipe a proposé d'installer une équipe à Split pour palier au besoin de moniteurs internationaux indépendants des droits de l'homme, afin de soutenir les activistes locaux qui peinent à faire respecter les droits de l'homme, et avec en vue l'expansion future des projets de l'Equipe pour la paix dans les Balkans à la Bosnie-Herzégovine. Au cours de la période d'exploration, une des actions de l'équipe à Split était d'observer les audiences préliminaires du procès de l'action de Dalmatie, où les membres de l'action de l'opposition de Dalmatie étaient accusés d'avoir bombardé leur propre bureau. L'équipe a produit le seul rapport fiable et impartial du procès.

Otvorene Oči va également garder sa base à Zagreb pour pouvoir suivre des dossiers avec le gouvernement central et être ouvert aux développements dans d'autres parties de la Croatie.

Pendant quelques mois, les activistes de la Campagne contre la guerre de Croatie ont fortement désiré une présence internationale non-violente à Split. En ce moment, la situation est en quelque sorte plus calme qu'elle ne l'était en fin d'année dernière ; si ça s'embrase de nouveau, cependant, l'équipe aura fait le travail préparatoire nécessaire pour être en capacité de répondre rapidement et efficacement.

La mission d'exploration du Kosovo

Le projet initial de l'équipe pour la paix dans les Balkans était d'envoyer une équipe de bénévoles internationaux au Kosovo. Cependant, l'année dernière, plusieurs autres équipes internationales ont été expulsées du Kosovo et la mission de la Conférence pour la sécurité et coopération en Europe a été obligée de partir lorsque le gouvernement Yougoslave ne lui a pas étendu son mandat.

En avril, l'équipe pour la paix dans les Balkans a envoyé une équipe de trois personnes à Belgrade et Prishtine pour voir si le projet pouvait désormais être avancé. Bien que de façon générale la situation au Kosovo reste toujours aussi difficile à résoudre, il y a eu quelques changements importants au cours de la dernière année. Le chef paramilitaire Arkan a quitté Prishtine, du moins pour le moment. Il y a moins de violence policière au sein de Prishtine, mais le Conseil pour les droits de l'homme a constaté plus d'incidents de violence dans les villages. Les cliniques indépendantes Albanaises de Mère Theresa soignent maintenant les patients serbes (environ dix par semaine) et fournissent les cliniques officielles serbes en médicaments. L’intérêt des milieux de l'opposition démocratique pour le Kosovo a augmenté à Belgrade et des dialogues sont entrepris entre les intellectuels de Belgrade et du Kosovo. Au même moment, certaines figures politiques importantes du Kosovo – notamment l'ancien chef du parti social-démocratique Shkelzen Maliqi, l'ancien chef du parti parlementaire Veton Surroi et l'ancien membre du conseil de la LDK Rexhep Ishmajli, tous vifs défenseurs de méthodes non-violentes – ont quitté les partis politiques.

Le groupe exploratoire a décelé un potentiel important pour une équipe internationale dont l'objectif serait d'identifier des possibilités de dialogues. Des membres d'équipe travaillant dans différents domaines – avec les réfugiés, avec les enfants, avec les femmes, dans l'informatique, avec les éducateurs, avec les communautés religieuses – pourraient servir d'intermédiaires indépendants utiles entre les deux communautés.

Bien qu'en Yougoslavie durant la semaine des attaques aériennes autour de Gorazde, le groupe exploratoire a eu droit à une session de deux heures avec un ambassadeur de rang élevé au ministère yougoslave des affaires étrangères (il est également l'un des co-auteurs de la constitution serbe). La BPT (acronyme anglais pour Equipe pour la paix dans les Balkans) a proposé un projet pilote de trois mois et il lui a été dit que « ce n'est le moment pour aucun projet international, mais dans trois mois la situation aura peut-être changé ». Par conséquent, la BPT va de l'avant et planifie la mise en place du projet pilote au Kosovo en Août ou Septembre. Des femmes bénévoles supplémentaires sont recherchées.

Recherché : coordinateur de projets

Pour le projet international de bénévoles travaillant pour les droits de l'homme et le dialogue dans les Balkans. Faible salaire et grandes attentes : très bon anglais, compétences dans l'organisation de bureau, collectes de fonds, travail d'équipe, encadrement de bénévoles, engagé dans la non-violence. Lieu de travail : à négocier, de préférence Londres/Angleterre ou Minden/Allemagne. Pour les Allemands : ABM-Berechtigung von Vorteil. Renseignements jusque fin juin, date limite de candidature le 15 juillet.

Veuillez, s'il-vous-plaît, faire circuler cette offre aux adresses de la BPT (cf. ci-dessous).

URGENT : besoin de bénévoles

L'équipe pour la paix dans les Balkans a besoin de bénévoles. Ils doivent être engagés dans la non-violence et être prêts à faire un service pour la paix non rémunéré pour un minimum de six mois. Ils doivent être capable de travailler en équipe, de gérer le stress et ils auront à participer à des séances de formation préparatoire. La langue commune sera l'anglais mais ils auront à apprendre les rudiments de la (les) langue(s) locale(s).

Le projet paiera les frais de leur séjour (hébergement et nourriture) et pendant le service les bénévoles recevront de l'argent de poche. De retour chez eux, les bénévoles devront trouver un groupe de soutien qui paiera les frais de voyage et contribuera à l'argent de poche, ainsi que fournira le soutien personnel et politique nécessaires au bénévole. Pour un formulaire de candidature, contacter la BPT (adresse ci-dessous).

Réseau alarme

L'équipe pour la paix dans les Balkans met en place un réseau de groupes et individuels prêts à agir en cas d'alerte de la part d'une des équipes. Les membres de ce réseau peut définir leur propre niveau de réponse en remplissant un formulaire disponible au bureau de la BPT.

Fonds pour l'équipe pour la paix dans les Balkans

L'équipe pour la paix dans les Balkans est un projet important non seulement dans les zones où elle est active mais également pour le développement de méthodes bien documentées d'interventions civiles non violentes. Le projet a été mis en route par le Bund für Soziale Verteidigung et l'Internationale des résistant(e)s à la guerre et il est devenu une priorité européenne pour le Mouvement international de la réconciliation et les Brigades de paix internationales. D'autres groupes de paix de France et d'Allemagne sont également impliquées – plus d'organisations membres seraient les bienvenues. Un soutien financier pour ce projet peut être envoyé directement sur le compte bancaire du projet en Allemagne ou, lorsque cela est plus pratique, aux agents financiers de IRG (marqué « BPT »).

Howard Clark

[L'équipe pour la paix dans les Balkans a été dissoute en 2001. Barbara Müller a écrit une étude sur la BPT, publiée en anglais et allemand. Cf. http://www.ifgk.de/publikationen/buecher/].

Traduction: Alice Rene

Ajouter un commentaire