Internationale des Résistant-e-s à la Guerre: Rapport 2002 - 2006

Introduction

  • Les programmes de travail


  • L'organisation interne

  • Les groupes de travail de l'IRG


  • Les publications
  • Organigramme de l'IRG entre 2002 et 2006

  • Introduction

    Ceci est un rapport des salarié-e-s, du Comité exécutif et des référent-e-s de groupe de travail concernant le travail de l'IRG depuis la dernière triennale, qui eut lieu il y a quatre ans à Dublin.

    Les rapports de ces dernières années commençaient souvent par une déclaration selon laquelle ça avait été « une année de défis ». Ces défis étaient à la fois internes -comme des difficultés financières- et les défis auxquels nous sommes confrontés en tant comme résistants à la guerre dans un monde en guerre, un monde plein de violence et de militarisme.

    L'année dernière, le rapport indiquait des progrès dans le domaine des affaires internes de l'IRG. Au conseil 2004 en Macédoine nous avons demandé « quelle sorte d'organisation voulons-nous que l'IRG soit en 2007 ? ». Cette conversation a conduit à affirmer l'IRG comme un réseau antimilitariste radical, et la mise en place du Programme pour la Nonviolence en a résulté. Ce programme, au côté du Droit au Refus de Tuer, nous a mis plus clairement sur notre chemin de promouvoir la nonviolence et l'antimilitarisme. La combinaison de ces programmes va apporter plus de ressources à notre réseau et plus d'opportunités pour le développer. Les divers campagnes et projets de ces programmes peuvent aider à renforcer la capacité à la base pour résister à la guerre et oeuvrer afin que disparaissent toutes les causes de la guerre.

    Mais nous sommes encore confrontés à de nombreux défis pour devenir l'organisation que nous voulons être. Le Programme pour la Nonviolence se développe, mais il ne réussira à impliquer le réseau que s'il réussit à créer des ressources pour le renforcer. Comme vous le verrez dans ce rapport, beaucoup de nos défis se trouvent dans le renforcement de ce réseau. Mais il est aussi important de voir que certaines de nos réussites ont été le renforcement de l'aspect global de notre réseau à partir de notre base traditionnelle. Nos réunions du Conseil ont eu lieu en Macédoine et en Corée du Sud, mais nous n'avons pas été capables de trouver à temps des financements pour le conseil en Colombie. Le programme Le Droit au Refus de Tuer travaille avec des résistant-e-s en Israël, dans les Balkans, en Corée du Sud, en Russie et en Turquie, entre autres endroits. Nous avons régulièrement été présents par le biais d'ateliers et de séminaires dans les forums sociaux au cours des 18 derniers mois, un important centre d'intérêt pour la partie Nonviolence pour le Changement du Programme pour la Nonviolence.

    De nouvelles publications, comprenant des ressources Internet, vont nous aider à être plus planétaires. Nous continuons à nous battre pour les traductions dans les langues de l'IRG et au-delà, mais nous avons aussi fait des progrès dans ce domaine.

    Les groupes de travail peuvent jouer un rôle important pour regrouper les gens, des énergies nouvelles doivent être investies dans ce sens.

    L'IRG a l'obligation d'intégrer une perspective de genre dans notre travail antimilitariste. Malgré la discussion « militarisme et genre » du conseil de Corée, la thématique de la journée internationale de l'objection de conscience en mai dernier et la co-organisation par l'IRG de la conférence « genre et formation à la nonviolence », cette dimension n'a pas été intégrée dans notre travail ; pour preuve, le faible nombre de femmes siégeant au conseil et l'absence de référente au groupe de travail des femmes.

    Les pertes financières de la dernière triennale ont été désastreuses. L'annulation de la réunion du conseil 2003 en Colombie était un reflet de notre situation financière. L'IRG a reçu un legs de 75 000 £ en juin 2005 qui a énormément aidé. Néanmoins, il est crucial de développer une base financière pour le Programme pour la Nonviolence.

    L'espoir de l'Internationale des Résistant-e-s à la Guerre est que de plus en plus de personnes viendront à comprendre que la guerre est un crime contre l'humanité. Le livre de Devi Presad portant ce titre est une contribution à ce but, le premier ouvrage majeur publié par l'IRG depuis des années.

    Joanne Sheehan

    Présidente de l'IRG

    Les programmes de travail

    Le droit au refus de tuer

    Le programme Le Droit au Refus de Tuer a été lancé en 2001, avec un financement initial de deux ans (jusqu'en avril 2003). L'International des Résistant-e-s à la Guerre a réussit par deux fois à prolonger ce financement, lequel est maintenant sécurisé jusqu'en avril 2008. Le programme est animé par Andreas Speck.

    Les activités

    A côté de ses activités régulières autour de la Journée Internationale des Objecteurs de Conscience (2003 : Israël, 2004 : Chili et Amérique latine, 2005 : Grèce, 2006 : USA) et de la Journée des Prisonniers et Prisonnières pour la Paix (2002 : Caucase et Asie centrale, 2003 : Corée du Sud, 2004 : Finlande, 2005 : Erythrée), l'activité s'est surtout centré sur le soutien à un large éventail d'anciens et de nouveaux mouvements pour l'objection de conscience. Quelques-uns des focus ont été :


    • Israël : depuis la Journée des Prisonniers pour la Paix 2001 orientée vers Israël et Palestine, la situation des objecteurs de conscience israéliens a été une activité majeure du programme Le Droit au Refus de Tuer. En 2003, l'IRG a édité un rapport intitulé « L'Objection de conscience au service militaire en Israël[1] : un droit de l'homme non reconnu », qui a été publié en anglais, allemand et espagnol. Le rapport a été soumis au Comité des Nations-Unies pour les Droits de l'Homme. La même année, la Journée Internationale des Objecteurs de Conscience s'est centré sur Israël & Palestine, avec une formation internationale et une action qui ont eu lieu à Tel-Aviv.

      En février 2004, l'Internationale des Résistant-e-s à la Guerre a édité un second rapport intitulé «  La Conscience en Procès [2] », une documentation et une analyse de deux procès éminents en cour martiale contre des objecteurs de conscience.

      L'IRG a fait des efforts particuliers pour renforcer les contacts avec les objecteurs israéliens, et à-peu-près chaque année des représentant-e-s israélien-ne-s participent aux activités de l'IRG pour la Journée Internationale de l'Objection de Conscience.

    • Corée du Sud : l'Internationale des Résistant-e-s à la Guerre a joué un rôle important pour soutenir le mouvement des objecteurs en Corée du Sud -activités qui ont culminé avec l'accueil du séminaire international et de la réunion du conseil de l'IRG par des groupes coréens pendant l'été 2005. En décembre 2002, l'Internationale des Résistant-e-s à la Guerre a visité la Corée du Sud pour la première fois, et a participé à un atelier international sur l'objection de conscience, suivi d'une conférence internationale plus ample en mars 2003 [3]. Deux militants coréens ont participé aux activités autour de la journée de l'objection en Israël, en mai 2003. La Journée des Prisonniers pour la Paix 2003 a été centrée sur la Corée du Sud, ce qui a uniquement été possible grâce à l'accueil d'un volontaire sud-coréen, Yongwook Yeong, dans les bureaux de l'IRG. En août 2004, le permanent de l'IRG, Andreas Speck, a visité la Corée du Sud et a participé à un camp pour la paix organisé par Solidarité pour la Paix et les Droits de l'Homme [4]. De novembre 2004 à février 2005, un volontaire coréen, Haran, a contribué largement à la préparation du séminaire international, qui a eu lieu à Séoul en 2005, co-organisé par les groupes coréens et l'Internationale des Résistant-e-s à la Guerre.
    • Russie : le travail sur la Russie a recommencé en novembre 2002, quand l'employé administratif et financier de l'IRG, Daniel Garay, a visité la Russie à l'invitation de Fond Sozidanie [5]. Sur le chemin vers la Géorgie, l'Arménie et l'Azerbaïdjan, le salarié IRG du Droit au Refus de Tuer, Andreas Speck, a visité Moscou brièvement en juillet et août 2003. Cette visite a aidé à établir une relation avec Action Autonome, un des groupes les plus ouvertement antimilitaristes en Russie. En septembre 2003 [6], un rapport spécial sur la Fédération de Russie : « Les Droits de l'homme et les forces armées », a été édité, rédigé par le volontaire de l'IRG, Kaspar Jon Larsen. En février 2005, l'IRG a pris part au Festival des Déserteurs à Moscou [7], et a rencontré plusieurs groupes de paix à Moscou et Saint-Pétersbourg. Une visite de suivi est organisée en ce moment pour juin/juillet 2006.
    • Turquie : le travail sur la Turquie a continué au long des années, et l'arrestation de Mehmet Tarhan en avril 2005 a remis ce pays au centre du travail de l'IRG sur l'objection. Avant, l'IRG s'était impliquée sur les situations de Mehmet Bal (TK12718) et Halil Savda (TK14682). Peu après l'arrestation de Mehmet Tarhan, l'IRG a publié un document sur l'objection de conscience en Turquie [8]. L'IRG a joué un rôle clé pour organiser deux délégations en Turquie. Le conseil de l'IRG à Séoul en juin 2005 a fait une déclaration sur l'objection en Turquie, demandant la libération de Mehmet Tarhan [9]. Actuellement, depuis sa libération, l'IRG travaille en étroite collaboration avec les groupes en Turquie, Connection e.V., et le député européen Thobias Pflüger, sur plusieurs actions de soutien aux objecteurs en Turquie.

    Le programme Le Droit au Refus de Tuer coopère de manière étroite avec le Bureau des Quaker auprès des Nations-Unies à Genève, et avec le Bureau Européen de l'Objection de Conscience (à Bruxelles et Barcelone). Il y a aussi une coopération avec le Conseil des Quakers pour les Affaires Européennes à Bruxelles.

    Le programme Le Droit au Refus de Tuer vise à élargir la reconnaissance de l'objection de conscience. Le bulletin co-update [actualité objecteurs] comprend des informations sur la résistance à l'impôt (objection de conscience à l'impôt militaire), le travail contre le recrutement, et d'autres activités contre le service militaire.

    Le programme doit aussi intégrer une perspective féminine. Les liens entre militarisme et genre (masculin et féminin) font souvent partie des tâches de l'équipe du programme [10]. Actuellement le programme Le Droit au Refus de Tuer coopère avec le Groupe de Travail de l'IRG sur les Femmes à une Anthologie sur les Femmes Objectrices de Conscience, qui - si les fonds le permettent - sera publiée en 2007.

    Les réalisations


    • En septembre 2004, l'Internationale des Résistants à la Guerre a lancé CO Update [11], la lettre mensuelle électronique du programme Le Droit au Refus de Tuer. Cette lettre, le rapport et des co-alerts [alertes] réguliers, contribuent à la visibilité et à la crédibilité de l'IRG sur les questions d'objection. En résultat, l'Internationale des Résistant-e-s à la Guerre est de nouveau vue comme la principale référence sur les questions d'objection de conscience.
    • À travers le travail du programme Le Droit au Refus de Tuer, il a été possible de renforcer le réseau global de l'IRG (Israël, Balkans, Corée du Sud, Amérique latine, Russie).
    • Bien que la participation aux activités organisées par l'IRG pour le 15 mai ne se soit pas beaucoup développée, le 15 mai a clairement été pris par une série de nouveaux groupes d'objecteurs comme une journée d'action pour le droit à l'objection de conscience. Des activités prennent place indépendamment de l'IRG en Turquie, Corée du Sud, dans les Balkans et ailleurs. La visibilité du 15 mai lui-même a été développée, et il est utilisé comme une opportunité pour travailler en réseau.
    • L'IRG a pu sécuriser le financement central du programme Le Droit au Refus de Tuer jusqu'en avril 2008.

    Les Défis


    • Bien que le financement central ait été sécurisé, la recherche de financements pour les activités additionnelles du programme (comme le 15 mai, ou le développement et le renforcement du système de l'IRG pour co-alerts, et le rapport Refuser de porter les armes) se pose toujours comme un défi majeur. Il n'a pas été possible d'avoir un financement pour un centre CONCODOC permanent, qui aurait pris parmi ses tâches la mise à jour des rapports par pays de Refuser de porter les armes. Il n'a pas non plus été possible d'avoir un financement pour la mise en place d'un système multilingue pour co-alert.
    • La réponse au « changement de visage de l'armée » en Europe est un défi majeur que peu des sections européennes de l'IRG ont maîtrisé. Faire face au défi du changement des structures de recrutement devrait être une des tâches majeures pour l'avenir.
    • L'IRG n'a pas jusqu'à présent été capable d'établir une base plus forte en Europe de l'Est et dans l'ancienne Union soviétique.

    Le programme pour la nonviolence

    En juin 2004, à la réunion du conseil de l'IRG à Ohrid, en Macédoine, il a été décidé de fusionner les programmes de l'IRG « Nonviolence et Autonomie Social » et « Mondialisation et Militarisation » dans un nouveau programme appelé « Programme pour la Nonviolence » [12]. La finalité qui sert de clé de voûte au Programme pour la Nonviolence est de renforcer et d'approfondir notre compréhension de la nonviolence, des stratégies nonviolentes, et des campagnes nonviolentes, et de développer et mettre à disposition des outils pour soutenir les groupes qui utilisent la nonviolence. Le programme est coordonné par Javier Garate, qui a rejoint le siège en mars 2005, et à un comité de coordination constitué de Joanne Sheehan, Majken Sorensen, Howard Clark, Stellan Vinthagen et Andreas Speck.

    Le Programme pour la Nonviolence est divisé en trois domaines principaux :


    • Des Ressources pour la nonviolence : développement et distribution de ressources sur la nonviolence et les stratégies nonviolentes utilisables par le réseau de l'IRG et par un mouvement plus large. Les ressources incluent un Manuel pour l'Action Nonviolente, une collection d'études de cas de campagnes nonviolentes, de formations à la nonviolence et de déroulement de campagnes.

      Le Manuel pour l'Action Nonviolente est en cours de réalisation. Nous projetons de le publier en février 2007, avec un premier set d'articles pouvant être utilisé par le groupe thématique Formation à la Nonviolence pour Débutants à la conférence internationale de juillet 2006. La table des matières comprend : intro à la nonviolence, stratégie de campagne, formes d'action / outils pour la préparation des actions, réflexion sur les médias, résistance à l'oppression, témoignages de campagnes dans la nonviolence.

    • La Nonviolence pour le changement : travailler en réseau avec les groupes intéressés à utiliser la nonviolence pour le changement social, coordonner des ateliers lors de rencontres comme les forums sociaux, rendre les ressources de l'IRG disponibles pour les militant-e-s de base menant des campagnes antimilitaristes et pour la globalisation à la base.

      Dans le cadre de Nonviolence pour le changement, nous avons participé au Forum Social Européen à Londres en 2004, le Forum Social Méditerranéen à Barcelone en 2005, le Forum Social Alternatif et le Forum Social Mondial à Caracas en 2006, et le Forum Social Européen à Athènes en 2006, en proposant des ateliers sur l'objection de conscience et le militarisme, les profiteurs de guerre, la militarisation de l'Europe, et la formation à l'action nonviolente.

      Nous avons participé à l'action contre le G8 en Ecosse et nous aidons à la préparation des actions contre le G8 à Saint-Pétersbourg, en partageant les informations de leur liste e-mail avec celles de l'IRG.

    • Une Initiative Mondiale contre les Profiteurs de Guerre : développement de ressources sur les profiteurs de guerre pour l'initiative mondiale de l'IRG. Travailler en réseau avec les affiliés de l'IRG impliqués dans de telles campagnes, soutenir et coordonner des campagnes nonviolentes contre les profiteurs de guerre.

      Le Fusil Brisé de septembre 2005 [13] a été consacré aux profiteurs de guerre comme premier pas pour mettre à disposition des ressources sur ce sujet. Nous avons proposé des ateliers au Forum Social Européen de Londres et au Forum Social Alternatif de Caracas, en soulignant la dimension de travail en réseau.

      Et nous sommes en ce moment en train renforcer notre travail avec le Réseau Européen Contre les Ventes d'Armes (ENAAT), qui comprend plusieurs membres de l'IRG, avec la campagne Arrêtez les Marchands de Mort de la WRL, et la campagne de Red Juvenil de Medellin contre l'intervention et les dépenses d'armement des Etats-Unis. Un groupe thématique sur les Profiteurs de guerre lors de la conférence internationale va ensuite développer cette initiative.


    Les réalisations


    • La relation renforcée entre le siège et le réseau, comme nous travaillons dans des domaines dans lesquels le réseau de l'IRG est le plus impliqué.
    • Les liens renforcés avec des groupes d'Amérique latine : Vénézuéla, El Libertario qui a organisé le Forum Social Alternatif, MOC Paraguay dans le domaine de la formation à la nonviolence, Red Juvenil de Medellin avec leur travail sur les profiteurs de guerre et la nonviolence.
    • La présence régulière de l'IRG aux forums sociaux, qui contribue à la visibilité de l'IRG, en particulier en offrant des ateliers et des séminaires.

    Les Défis


    • Un des buts du programme est d'être autofinancé. La recherche de financement n'a pas abouti jusqu'à présent, nous avons besoin de faire un gros effort pour la recherche de financement afin d'assurer la poursuite du programme.
    • Le Programme pour la Nonviolence a besoin de plus de visibilité, en produisant plus de ressources, et en impliquant plus le réseau dans le programme.
    • Le besoin de clarifier quelles sont les stratégies efficaces contre les profiteurs de guerre.
    • Le besoin d'une meilleure compréhension de la manière dont l'IRG veut travailler en réseau avec les mouvements pour une globalisation par le bas.

    Bref compte-rendu du Programme « Faire face au passé »

    A la triennale 2002 s'est rencontré un groupe thématique sur Faire face au Passé. Il y a eu une large participation, avec la présence et la participation active de gens ayant des parcours de vie différents. Certain-e-s faisaient déjà partie de l'IRG, d'autres avaient déjà un lien avec l'IRG ou souhaitaient entrer en contact avec l'IRG à l'occasion de la réunion. Le groupe a fait un rapport synthétique, et se reposant sur l'expertise de la permanente de l'IRG Roberta Bacic, la réunion de travail de la triennale a donné son accord pour développer cette partie du programme afin d'aborder d'une manière plus structurée la prise en compte des situations post-conflits.

    Une équipe de travail a été formée et s'est rencontré entièrement ou en sous-groupes. Elle était coordonnée par Roberta Bacic et formée de Vesna Terselic (membre du conseil), Siva Ramamoorthy (membres de l'exécutif), Sian Jones (membre du conseil), Tony Kempster (Mouvement Pacifiste Anglican) et Sophie Reynolds (formatrice à la nonviolence et bénévole de l'IRG).

    2003 a été une année d'activité intense pour le programme Faire face au Passé, avec d'importants déplacements. L'IRG a reçu de nombreuses demandes d'organisations membres, d'organisations extérieures, d'ONG, d'universités et de groupes de paix, pour des apports et de l'aide dans ce domaine.

    L'équipe a développé un projet pilote en 2004, pour travailler avec le Sri Lanka et la Croatie. Ces endroits ont été choisis parce que les deux pays ont subi la guerre et nous avions choisi des membres du conseil de ces régions qui pourraient nous apporter les contacts locaux dont nous avions besoin.

    Le projet au Sri Lanka a fonctionné à la base avec les veuves de guerre dans la région de Batticaloa [14].

    En Croatie, le projet ne s'est pas développé dans le sens de l'IRG, même si Vesna Terselic continue à travailler sur ce sujet, et Roberta a effectué des ateliers et des séminaires à la demande d'autres groupes.

    A la fin d'octobre 2004, Roberta Bacic a décidé de quitter son poste à l'IRG après 6 ans de travail, et Prendre en Compte le Passé n'est plus un programme du siège. Néanmoins, les membres du réseau continuent de travailler sur ce sujet, et les ressources sont mises sur le site de l'IRG [15].

    L'organisation interne

    Le réseau

    Depuis 2002, le réseau de l'IRG s'est développé tant sur le papier que dans les faits. En même temps, le rôle du bureau londonien de l'IRG n'a cessé de croître, les organisations affiliées à l'IRG prenant moins la responsabilité de communiquer que ce soit entre elles ou avec le bureau.

    En 2003, l'Internationale des Résistant-e-s à la Guerre a approuvé Fond Sozidanie de Russie comme organisation associée. L'IRG est revenue sur cette décision en 2005. En 2003, l'IRG Corée a été acceptée comme organisation associée.

    En l'absence de réunion du conseil en 2003, ces décisions ont été prises lors de consultations par e-mail. A la même période, le Conseil a décidé de désaffilier Partito Radicale du fait de leur soutien à la guerre en Yougoslavie en 1999.

    Le conseil de 2005 a aussi intégré New Profile d'Israël comme organisation associée. Au delà des adhésions formelles, le bureau londonien a développé des relations de travail avec de nombreux groupes, de l'Amérique Latine à l'Asie. Ces relations participent au travail sur les programmes portés par l'IRG, particulièrement « le droit au refus de tuer » et plus récemment le programme « nonviolence ». Le travail sur les programmes a aussi contribué à plus de coopération avec les affiliés existant, tels l'association des objos grecs et Forum voor Vredesactie. Le bureau londonien facilite la communication directe via une variété de listes de discussion, comme wri-internal ou des listes spécifiques pour les différents groupes de travail.

    En 2005, le bureau londonien a introduit les « newsfromthenetwork », un service d'information basé sur une liste de diffusion reliée au site de l'IRG.

    Les infos envoyées par des organisations affiliées ou par d'autres membres du réseau de l'IRG sur cette liste apparaissent automatiquement sur le site de l'IRG. Cependant, l'utilisation de ce service reste à améliorer.

    Toujours est-il que tout cela ne compense pas la faiblesse de la base traditionnelle de l'IRG, surtout en Europe occidentale. Avec le déclin de la conscription, de nombreuses organisations membres de l'IRG sont sur le déclin, faisant face au défi de la réorientation vers d'autres axes de travail pacifistes et antimilitaristes. Cependant, il y eut un bon travail en réseau parmi les affiliés d'Europe Occidentale dans la préparation de la participation de l'IRG au Forum Social Européen de Londres.

    Les réalisations

    • Le développement de nouveaux liens de travail avec des groupes de différentes parties du monde dans le cadre des programmes.
    • La communication accrue au sein du réseau de l'IRG, plus de visibilité de ce qu'est un réseau de l'IRG (newsfromthenetwork).
    • Le travail autour du Forum Social Européen à Londres fut un exemple de mise en réseau réussie des affiliés européens de l'IRG bien que ce fut sous une forte impulsion du bureau londonien.
    • Il y a aussi plus de participation du réseau de l'IRG lors des séminaires de l'IRG en lien avec les réunions du conseil (Macédoine, Corée du Sud).

    Les Défis


    • Le plus grand défi reste le renforcement du réseau.

    Seminaires/Conseil

    Depuis la conférence triennale de 1998 à Porec en Croatie, les réunions du conseil de l'IRG sont accompagnés d'un séminaire thématique laissant 2-3 journées pour les discussions du conseil.

    La réunion du conseil en 2003, qui était planifiée avec un séminaire organisé par Red Juvenil à Medellìn en Colombie a du être annulée, faute de financement suffisant. Cependant, Red Juvenil a maintenu le séminaire prévu et l'IRG a contribué financièrement à ce séminaire de manière importante et l'IRG y était représentée.

    La réunion du conseil de 2004 eu lieu à Ohrid en Macédoine où nous étions accueilli-e-s par la section de l'IRG : Peace Action. Le séminaire joint avait pour thème « L'objection de conscience et la paix » [16].

    En 2005, le conseil s'est réuni à Séoul en Corée du Sud, où nous étions reçu-e-s par une coalition de groupes coréens. Le thème du séminaire était « Paix en Asie du Nord-Est » [17].

    La participation au séminaire fut exceptionnelle avec une implication des groupes locaux à tous les niveaux, qui a été à la base de ce succès. Ce séminaire fut le meilleur de ceux financés par l'IRG récemment. Alors que le séminaire combiné au conseil a amélioré l'attrait de la réunion pour les groupes accueillant ainsi que le financement du conseil, cela pose aussi certains problèmes : un séminaire doit se concentrer sur une thématique donnée, laissant ainsi peu de place aux débats généraux sur les questions de principes. La durée du conseil est aussi réduite à 2-3 jours, ce qui peut conduire à un ordre du jour surchargé.

    Les Réalisations


    • L'IRG a été capable de tenir des réunions du conseil en dehors de ses bases géographiques traditionnelles. La rencontre en Corée du Sud prouve que cela peut être un succès.
    • Le séminaire contribue aux dépenses du conseil avec, en 2005, avec un financement de l'ensemble des dépenses du conseil en 2005.

    Les Défis


    • Il est difficile pour l'IRG de trouver une organisation hôte pour le séminaire et la réunion du conseil. Le bureau londonien ne reçoit que très rarement des propositions sans relances des salariés et des membres de l'exécutif.
    • La participation aux réunions du conseil n'est pas spécialement élevée, et la participation des représentants de sections hors Europe et Amérique du Nord est très difficile à moins que des fonds supplémentaires ne soient obtenus. Le Conseil tel qu'il se rencontre est plus américano-européen qu'il ne l'est dans son ensemble.

    L'exécutif

    En 2002/03, le conseil exécutif s'est rencontré 4 fois (dont une fois à l'occasion d'un conseil). Le nombre de réunion à été ramené à trois par an, de plus en plus de décisions étant prises par e-mail. Le conseil exécutif se sert aussi de communications en ligne pour discuter et prendre des décisions.

    Les groupes de travail de l'IRG

    Le groupe de travail sur l'Afrique

    Référents : Jan vanCriekinge et Matt Meyer.

    Le principal travail effectué par le groupe ces années passées concerne la communication, en tentant de maintenir et construire des liens entre les affiliés de l'IRG, africains et/ou intéressés par la situation en Afrique. Cela se manifeste le plus par une liste de diffusion permettant d'envoyer les informations concernant les évènements et les organisations au travers du continent. Les membres du groupe de travail ont aussi effectué un suivi et des recherches pour les demandes occasionnelles du bureau londonien relatives aux affiliations et à la construction de liens.

    Les réalisations :


    • Le travail le plus dense de cette période concerne la campagne pour la journée des prisonniers et prisonnières pour la paix 2005, consacrée à la situation de l'objection de conscience en Erythrée. Un livret informatif : « Document : objection et désertion en Erythrée » [18] fut publié par l'IRG dont un extrait a formé un numéro spécial du Fusil Brisé. Le livret fut publié pour la première fois en 2004 en Allemagne par Connection e.V. (Offenbach) et l'Initiative Antimilitariste Erythréenne. Le militant de l'Initiative Antimilitariste Erythréenne, Abraham Gebreyesus Mehreteab, a représenté l'IRG aux réunions de la commission des droits de l'homme de l'ONU à Genève pour présenter la situation dans son pays au forum des ONG.
    • En Juin 2003, un des référents du groupe, Jan VanCriekinge, s'est rendu en Angola où il a pris contact avec de nombreux militant-e-s pour la paix et pour les droits de l'homme, particulièrement avec les femmes de Mulheres, Paz e Desenvolvimento (Femmes, Paix & Développement) et avec le Père Jacinto Pio Wacussanga. Connection e.V. a publié en 2005 une brochure sur l'Angola en collaboration étroite avec Emmanuel Matondo, membre du conseil. Cette brochure fut traduite et publiée en version courte par l'Union Pacifiste de France.
    • Dans l'espoir d'aider le réseau, le référent Matt Meyer a travaillé pour que vive la fondation Afrique, Nonviolence et Justice Economique, laquelle devait être menée par Bill Sutherland ainsi que Kassahun Checole, le fondateur de Africa World Press, mais le projet s'est arrêté faute de financement. Les efforts fournis ont été majoritairement convertis en une collaboration avec l'association internationale de recherche pour la paix, Seeds of New Hope : Recherche sur la Paix en Afrique au XXIe siècle (AWP, à paraître en 2007), incluant les écrits de nombreux membres du groupe de travail de l'IRG sur l'Afrique.

    Les défis :


    • Passer la coordination du groupe de travail aux mains de militant-e-s basés en Afrique.
    • Aider à rendre les réalités de la militarisation et de la nonviolence en Afrique plus centrales dans le réseau de l'IRG. Le Forum Social Mondial de 2007, qui se tiendra au Kenya apportera peut-être l'opportunité de créer des liens pour l'IRG.
    • Développer la possibilité d'une réunion du conseil de l'IRG dans un pays d'Afrique.

    Le groupe de travail sur la Colombie

    Référent : Howard Clark

    Le groupe de travail sur la Colombie fonctionne principalement autour d'une liste de diffusion permettant de relayer les comptes-rendus des initiatives nonviolentes en Colombie, particulièrement celles impliquant notre section, la Red Juvenil de Medellín mais aussi les activités concernant les communautés de paix, le mouvement des femmes pour la paix et l'objection de conscience. De plus, nous transmettons le compte-rendu d'actions nonviolentes de solidarité comme celles de School of Americas Watch. Le but était à l'origine de mettre en lien des gens travaillant sur la Colombie dans les sections de l'IRG et, en temps voulu, de publier une compilation rendant compte de l'activité pacifiste concernant la Colombie. Il est clair, de par la dynamique de Red Juvenil, que le groupe de travail devrait pouvoir atteindre un niveau d'activité bien plus élevé, surtout si nous arrivons à franchir les barrières de la langue.

    Les réalisations :


    • La création de ce groupe de travail.

    Les Défis :


    • Trouver un référent qui puisse faire de ce groupe sa priorité, le référent actuel, Howard Clark prenant le poste de président de l'IRG.

    Le groupe de travail sur la formation à la nonviolence

    Référente : Dorie Wilsnack

    Le groupe de travail de l'IRG sur la formation à la Nonviolence est comme une plante ayant du mal à prendre racine. Les feuilles sont vertes mais aucune racine ne semble pousser. Mais, nous poursuivons nos efforts.

    Depuis la dernière triennale, nous avons fait des efforts dans deux directions pour que le groupe fonctionne. Nous avons mis en place une liste de discussion pour faciliter la communication internationale. Dix personnes étaient inscrites au départ, mais il y eut très peu de messages et pas d'idées ni suggestions pour des projets communs.

    Des membres du groupe du travail qui participent aussi au groupe de travail des femmes ont prit part et aidé à organiser avec l'IFOR, la consultation internationale des formatrices d'octobre 2004 (cf. le rapport du groupe de travail des femmes). Ce fut un grand succès très encourageant. Avec l'arrivée de Javier comme salarié pour développer le programme sur la nonviolence, il a semblé opportun de raviver le groupe. Le groupe peut être utile à l'avancement du programme, particulièrement au développement et à la mise en ligne d'un manuel de formation à la nonviolence. C'est ainsi qu'un groupe revigoré est apparu en décembre 2005. Javier et le comité de coordination du programme sur la nonviolence ont demandé au groupe de travail d'aider à la rédaction de ce manuel par le biais d'un programme Wiki afin de faciliter le partage de la rédaction. Plus de participation à ce projet de la part des formateurs et formatrices du groupe est nécessaire.

    Nous espérons que la conférence internationale sera un temps fort où les membres actuels et potentiels de ce groupe de travail pourront se rencontrer et trouver les moyens de travailler ensemble.

    Il faut parfois attendre longtemps pour qu'une plante prenne racine, mais lorsque cela arrive, l'attente s'avère en avoir valu la peine.

    Les réalisations

    • La consultation des formatrices.
    • La renaissance du groupe de travail après plusieurs années d'inactivité.

    Les défis


    • Créer un groupe de travail de formateurs et formatrices qui participe au travail du programme sur la nonviolence.

    Le groupe de travail des femmes

    Référente (jusqu'en 2003) : Casha Davis

    Lors de la triennale 2002, une proposition du groupe de travail des femmes de l'IRG pour un rassemblement commun de formatrices avec le programme des femmes pour la paix de l'IFOR a été approuvée. L'organisation de cette formation commune fut la principale activité du groupe pendant cette période. En octobre 2004, Aborder les vrais problèmes : Formation à la nonviolence et relations hommes-femmes : une consultation internationale des formatrices fut accueillie par le Partenariat International des Femmes pour la Paix et la Justice, un centre de formation féministe à la nonviolence basée en Thaïlande. La consultation eut lieu à Chiang Mai. Un numéro de la lettre d'information des femmes de l'IRG y est consacrée et il est aussi disponible sur le site Internet de l'IRG [19]. Il y eut assez peu de suivi pour l'instant. Casha Davis a coordonné le groupe jusqu'en 2003. Elle était référente depuis 1998 et avait clairement signifié avant la triennale de Dublin en 2002 qu'elle souhaitait que quelqu'une prenne le relais. Depuis 2003, le groupe a continué sans référente. Il s'est cependant réuni lors de chacun des conseil de l'IRG avec des discussions fertiles, mais sans activité particulière entre-temps. La réunion du conseil de Séoul a approuvé une anthologie de déclarations d'objectrices de conscience de différentes régions et situations, dans le cadre d'un projet en commun avec le programme pour le Droit au Refus de Tuer.

    Les réalisations


    • La consultation des formatrices.
    • La promotion de l'idée d'une anthologie des femmes.
    • La tenue de réunions fructueuses lors des rencontres du Conseil.

    Les défis


    • Combler l'absence de référente.
    • Le suivi de la consultation des formatrices.
    • Sécuriser l'avenir du groupe.

    Les publications

    L'IRG produit une grande variété de publication et des progrès ont été effectués ces dernières années pour les rendre plus accessibles.

    La principale nouveauté est la fin de l'accord de co-édition avec Peace News à la fin de 2004 permettant ainsi à Peace News de redevenir, au lieu d'un magazine trimestriel international, un journal mensuel du mouvement pacifiste britannique. Les deux parties sentaient que la fin de l'accord de cohabitation serait préférable pour chacune. Peace News et l'IRG continuent de coopérer sur des points pratiques et les salariés de l'IRG contribuent souvent à Peace News.

    L'Internationale des Résistant-e-s à la Guerre édite régulièrement les publications suivantes :


    • Le Fusil Brisé : publié quatre fois l'an, en anglais, espagnol, français et allemand. La version anglaise est imprimée avec Peace News et est distribuée avec le journal avec des copies supplémentaires à disposition de l'IRG (pour les courriers d'appel, etc.). Les versions en d'autres langues sont publiées en un 8 pages au format A4. Elles sont aussi imprimées/distribuées avec d'autres magazines (Prisonniers et Prisonnières pour la Paix est souvent intégré à ZivilCourage, la publication de DFG-VK et parfois aussi avec le Nonviolent Activist de la WRL ou Union Pacifiste de l'UPF). Un numéro du Fusil Brisé est parfois aussi disponible en d'autres langues telles le russe, le coréen ou le turc.
    • wri-irg.org: Le site multilingue de l'IRG, géré depuis le début par le webmestre bénévole Ken Simons, est le principal portail de l'IRG sur le monde.
    • CO-update: le bulletin d'information mensuel de l'IRG pour le programme Droit au Refus de Tuer fut originellement lancé en anglais. Avec le numéro 21 (juin 2006), nous avons aussi commencé la publication en espagnol (Informe-OC). Il y a environ 1 000 abonnés.
    • warprofiteersnews: le bulletin d'information électronique de l'initiative mondiale de l'IRG contre les profiteurs de Guerre. Le premier numéro a été publié en juin 2006. Il sera édité en anglais et espagnol.
    • Documentation et rapports : Ces deux dernières années, l'IRG a publié deux documents. L'un concerne l'objection en Turquie et l'autre, l'objection et la désertion en Erythrée. Ces documents sont publiés sur le siteI nternet aux formats html et PDF (ce dernier pour le téléchargement).

    L'IRG a aussi publié une série de rapports, principalement relatifs à un pays, écrits pour le programme Droit au Refus de Tuer, pour le comité des droits de l'homme de l'ONU ou pour d'autres institutions pour les droits de l'homme. Ces rapports sont souvent publiés en anglais mais un nombre croissant de rapports est traduit, particulièrement en espagnol.

    Des publications circonstancielles comprennent un papier de fond sur la constitution européenne, écrit par le membre de DFG-VK, Tobias Pflüger. Cet article fut traduit en plus de 10 langues et il est un de ceux relatifs à la constitution européenne qui soient le plus largement connus.


    • Les livres : En 2005, L'IRG a enfin publié le livre de Devi Prasad : War is a Crime Against Humanity. The Story of War Resisters' International.

    Les réalisations


    • L'IRG a augmenté le nombre de ses publications et la principale, Le Fusil Brisé, est publiée plus régulièrement, environ 4 fois l'an.
    • Le Fusil Brisé est passé d'un bulletin interne à une fenêtre de l'IRG sur le monde avec plus de contenu en rapport avec les programmes et une meilleure présentation.
    • Avec le bulletin co-update, l'IRG a créé une nouvelle publication par e-mail en lien avec le programme qui va servir de modèle à des bulletins d'information similaires (comme sur les profiteurs de guerre).
    • Le siteI nternet de l'IRG est de plus en plus accessible et, avec son propre Wiki, l'IRG offre maintenant des outils ouverts de publication. Il y a aussi plus de traductions sur le site internet que par le passé.
    • La publication du livre de Devi Prasad fut une réussite majeure, c'est le premier livre majeur publié par l'IRG depuis un bon moment.
    • L'article de Tobias Pflüger sur la militarisation de l'UE est un exemple de la valeur des traductions en de nombreuses langues.

    Les défis


    • La traduction des publications de l'IRG dans les différentes langues de l'IRG et au-delà pose un problème majeur au bureau londonien de l'IRG.
    • La distribution des publications n'est pas toujours facile et devrait être améliorée. C'est particulièrement vrai pour Le Fusil Brisé pour les versions autres que l'anglaise.
    • Il y a un besoin en publications adaptées aux conflits actuels, apportant un accès facile à la compréhension du sujet.
    • Le financement de l'impression des publications de l'IRG est un problème majeur, et cela inclut le Fusil Brisé.

    Organigramme de l'IRG entre 2002 et 2006

    Présidente de l'IRG : Joanne Sheehan

    Trésorier : Bart Horeman (de 2002 à l'automne 2005)

    Executif : Ellen Elster, Siva Ramamoorthy (2002-2003), Oscar Huenchunao (2004-2006), Majken Sørensen (2004-2006)

    Conseil : Ellen Elster, Norvège ; Emanuel Matondo D, Angola/Allemagne ; Hilal Demir, Turquie ; Howard Clark, Royaume Uni/Espagne ; Jørgen Johansen, Norvège/Suède ; Marija Kirjakovska, Macedoine ; Oscar Huenchunao, Chili ; Sergeiy Sandler, Israël; Siva Ramamoorthy, Sri Lanka/Irelande ; Sian Jones, Royaume Uni ; Vesna Terselic, Croatie auxquel-les s'ajoutent un représentant de chaque section.

    Salariés : Daniel Garay (jusqu'en automne 2003), Lyn Bliss (2003-2005), Yvonne Kassim (depuis 2005), Roberta Bacic (jusque fin 2004), Javier Garate (depuis 2005), Andreas Speck, Kai-Uwe Dosch (salarié pour la triennale, 2005-2006)

    Coordination des groupes de travail.

    Afrique : Jan Van Criekinge, Matt Meyer ;

    Colombie : Howard Clark ;

    Formation à la Nonviolence : Dorie Wilsnack

    Groupe des femmes : Casha Davis (jusqu'en 2003)

    Représentants aux Nations Unies.

    Genève : Michel Monod (jusqu'en 2004), Bart Horeman (jusqu'en 2005)

    New York : John Miller, Joanne Sheehan

    Stagiaires : Silke Makowski (2002), Milana Müller (2002), Bernd Sahler (2002), Alberto Estefania (2002-2003), Katarina Putnik (2003), Yongwook Yeong (2003), Ima Katarina Segunda Drolshagen (2004), Pedro J Ballesteros (2004), Kat Barton (QPSW peaceworker 2004-2005), Sung Hye Jee (Haran)(2004/05).

    Traducteurs et traductrices bénévoles : Tikiri, Philippe Wanneson, Alberto Estefania, Matias Mulet, Oscar Huenchunao, Javier Garate, Stéphane Henault, Yolanda Bascon, Gerd Büntzly, Inge Dreger, Ima Katarina Segunda Drolshagen, Pedro J Ballesteros, Silke Makowski, et bien d'autres...

    Webmestre : Ken Simons

    Soutien en informatique : Daniel Sewe, Anselm Heaton

    Archivage : Martyn Lowe

    ... et bien d'autres pour les mises sous pli et l'aide occasionnelle dont le bureau londonien et les salariés ont pu avoir besoin.

    Notes

    [1] http://wri-irg.org/co/co-isr-03.htm (en anglais)

    [2] http://wri-irg.org/news/2004/israel0204-en.htm (en anglais)

    [3] http://wri-irg.org/news/2003/seoul.htm (en anglais)

    [4] http://wri-irg.org/pubs/upd-0409.htm (en anglais)

    [5] http://www.peacenews.info/issues/2450/24509.html (en anglais)

    [6] http://wri-irg.org/news/2003/un0309ru.htm (en anglais)

    [7] http://www.peacenews.info/issues/2460/2460071.html (en anglais)

    [8] http://wri-irg.org/news/2005/turkey05-en.htm (en anglais)

    [9] http://wri-irg.org/statemnt/tarhan05council-en.htm (en anglais)

    [10] lire par exemple : http://wri-irg.org/co/refusal-context.htm (en anglais)

    [11] http://wri-irg.org/pubs/co-update.htm (en anglais)

    [12]Le Fusil Brisé n°65, février 2005, http://wri-irg.org/pubs/br65-en.htm (en anglais ou en espagnol)

    [13] http://wri-irg.org/pubs/br67-fr.htm (en français)

    [14] http://www.wri-irg.org/news/2004/batticaloa.htm (en anglais)

    [15] http://wri-irg.org/dealpast.htm (en anglais, allemand et espagnol)

    [16] http://wri-irg.org/news/2004/ohrid-en.htm (en anglais)

    [17] http://wri-irg.org/news/2005/reportseminar-en.htm et http://wri-irg.org/books/seoul-reader.htm (en anglais et coréen)

    [18] http://wri-irg.org/news/2005/eritrea-en.htm (en anglais)

    [19] http://wri-irg.org/pubs/ww-200501.htm (en anglais)

    Programmes & Projects

    Ajouter un commentaire

    Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

    Image CAPTCHA
    Saisir les caractères affichés dans l'image.