Pour le droit à l'objection de consience

Presentation pour la 61e session de la Commission des Droits de L'Homme des Nations, Genève, 14 mars – 22 avril 2005

Abraham Gebreyesus Mehreteab s'est adressé à la 61e session de la Commission des droits de l'homme au nom de l'Internationale des résistants à la guerre. Nous communiquons sa déclaration ci-dessous.

Monsieur le président,

Je représente l'Internationale des résistants à la guerre. Nous menons une recherche sur l'objection de conscience dans de nombreux pays. L'année dernière, nous avons entrepris une recherche préliminaire au sujet de l'objection de conscience en Érythrée. Nous avons appris qu'il y avait des centaines d'objecteurs de conscience et de déserteur érythréens. En Erythrée, le droit à l'objection de conscience n'est pas reconnu par la loi sous le gouvernement actuel. Certains membres de groupes religieux comme les témoins de Jéhovah sont en détention depuis plus de dix ans en raison de leur conviction de refuser à servir dans l'armée. Il n'ont jamais comparu devant un tribunal. Détention arbitraire, torture, déploiement au front, travail forcé – tout ceci sans jugement – étaient les moyens habituels de punir les déserteurs et les objecteurs. Un châtiment militaire fréquemment utilisé consiste à attacher les victimes et à les laisser sous le soleil pendant des jours, parfois des semaines. De plus, les parents des déserteurs sont menacés pour qu'ils fassent pression sur leurs enfants et les envoient à l'armée. Même s'il est difficile d'en connaître le nombre exact, des centaines d'appelés fuient le service militaire. Ils déclarent leur objection de différentes manières. Ils objectent constamment, désertent ou fuient la dictature militaire. De nombreux déserteurs demandent l'asile politique dans les pays étrangers. Nous demandons à la Commission des droits de l'homme des Nations Unies de prendre note des violations continues à l'encontre des objecteurs de conscience, et de prendre en conséquence des mesures pour s'assurer que les objecteurs de conscience et les déserteurs bénéficient du droit d'asile conformément à la Convention de Genève sur le statut des réfugiés. Nous demandons également au Rapporteur spécial sur la liberté de religion et de croyance d'enquêter sur la situation des objecteurs de conscience et des autres membres de l'armée, spécialement en Érythrée. Et nous demandons au gouvernement érythréen de se conformer à la résolution 1998/77, et en particulier qu'il :

  1. libère immédiatement tous les objecteurs de conscience ;
  2. reconnaisse le droit de refuser le service militaire pour des raisons de conscience, comprenant des convictions profondes, résultant de motifs religieux, éthiques, humanitaires ou similaires ;
  3. introduise un service civil alternatif compatible avec les motivations de l'objection de conscience.

Merci beaucoup.

Abraham Gebreyesus Mehreteab

Abraham Gebreyesus Mehreteab est un membre de l'Initiative antimilitariste érythréenne, habitant en Allemagne, et il représentait l'Internationale des résistants à la guerre à la Commission des droits de l'homme.

Programmes & Projects
Countries
Theme

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

3 + 4 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.