Nouvel espoir pour les Palestiniens ?

Le mouvement de solidarité international Huwaida Araf Le Mouvement de solidarité international (MSI) a été constitué pour soutenir et renforcer la résistance palestinienne non-violente contre l'occupation israélienne dans les Territoires palestiniens occupés. Le peuple palestinien, qui a été dépossédé depuis 1948 - plus de 750 000 personnes ont été déportées pour l'établissement de l'État d'Israël et approximativement trois millions, depuis 1967, doivent vivre sous l'occupation militaire israélienne dans la bande de Gaza - a adopté au fil des ans divers moyens de lutte dans ses tentatives pour retourner dans sa patrie. Le centre d'intérêt dominant de la communauté internationale a été la lutte armée palestinienne, avec très peu ou pas du tout de reconnaissance des luttes non-violentes du peuple palestinien, pourtant plus puissantes et remarquables, dont le point culminant s'était traduit par l'Intifada, insurrection palestinienne (1987 - 1993). Les divers moyens de la lutte populaire palestinienne ont inclus le boycott des biens et services israéliens, le rejet de l'administration militaire israélienne, des écoles de voisinage (alors que l'armée israélienne voulait fermer écoles et universités palestiniennes), des marches en masse, des grèves, des refus d'impôts etc.

Depuis le début de l'actuelle insurrection palestinienne, en septembre 2000, les manifestants, qui descendaient dans les rues de Ramallah, Nablus, Gaza, Jérusalem et ailleurs, se sont vu répondre par la force militaire brute, tuant plus de cent palestiniens par mois. Les militaires israéliens adoptaient des pratiques visant à intimider et punir un peuple qui ose s'exprimer contre leur répression. Dans les premières semaines de l'Intifada, les manifestants s'investissaient dans tous les aspects de la société civile palestinienne - hommes, femmes et enfants. Des hélicoptères armés de canons, des tanks, transports de troupes blindés à chenilles, automitrailleuses pleines de soldats, ont été utilisées pour charger les manifestants. Le message était clair - les civils ne seront pas protégés ; les palestiniens hommes, femmes et enfants seraient tués par balles s'ils sortaient pour protester contre l'occupation. De plus, la multiplication des check-points, créant des barrages routiers, défonçant les routes palestiniennes et rendant illégal et dangereux pour les palestiniens de circuler librement, augmentèrent la fragmentation de la société civile et entravèrent la capacité à s'organiser. Les éléments susmentionnés, associés à un sentiment croissant de désillusion et de lassitude, montrait clairement que le peuple palestinien avait besoin d'une nouvelle ressource à sa disposition dans l'objectif de dynamiser les efforts de la résistance civile non-violente. Les moyens dont dispose le gouvernement israélien sont bien connus - plus de deux milliards de dollars d'aide militaire directe des États-Unis, un autre milliard d'aide publique directe " non-militaire ", des centaines de millions de dollars de fonds privés et un soutien diplomatique indiscutable de la seule superpuissance au monde qui exerce son droit de veto sur toute résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU qui voudrait contraindre Israël à rester fidèle aux lois internationales. Les palestiniens n'ont pas de telles ressources à leur disposition, si ce n'est le sentiment d'une solidarité inorganisée de millions de personnes dans le monde. Ce sentiment de solidarité, ici civil, pourrait être concrétisé comme un moyen qui rendrait capables les palestiniens défier leurs oppresseurs et pour la communauté internationale de contester vraiment un système brutal (l'occupation israélienne), qui doit prendre fin.

Les palestiniens, comme population occupée, ont un droit, inscrit dans le droit international [résolution 37/43 de l'Assemblée générale de l'ONU, affirmant le droit pour un peuple occupé de résister à une occupation étrangère par tous moyens disponibles, y compris la lutte armée], de résister à leurs occupant en utilisant la lutte armée. Le MSI reconnaît ce droit, mais en même temps croit que la résistance non-violente peut être un moyen de lutte beaucoup plus efficace et puissant, dans sa façon de s'engager à utiliser des principes et des méthodes d'action directe non-violente, afin d'affronter et de contester les forces d'occupation et de police israéliennes. La stratégie du MSI repose sur quatre besoins clef : 1) Protection. Les civils palestiniens agissant et manifestants seuls sont souvent confrontés avec la violence sous formes létales. Le peuple palestinien a été si déshumanisé que même quand ils sont exécutés, cela leur est reproché.

Le fait de prendre pour cible les enfants palestiniens a été justifié par le prétexte qu'ils lançaient des cailloux aux soldats, comme si cela pouvait excuser de quelque façon le fait de leur mettre des balles dans la tête. Nombre de femmes palestiniennes sont mortes aux check points (empêchées de passer par les soldats pour des soins médicaux), dans leur rue (visées alors qu'elles marchaient) et dans leur maison (écrasées par les décombres pendant que les soldats la démolissaient). Personne ne tient la comptabilité par Israël de ces morts palestiniens.

La communauté internationale a failli à remplir ses obligations envers le peuple palestinien, à faire respecter leur statut de " personnes protégées " selon les termes de la quatrième convention de Genève. La présence de civils internationaux, quoi qu'il en soit, a apporté un degré de protection à ces Palestiniens qui contestent la brutalité quotidienne de l'occupation. Quand les civils internationaux sont présents il est employé moins de formes de violences létales.

2) Peindre avec précision la lutte / donner une voix aux Palestiniens. Les forces qui plaident et/ou qui travaillent par toute sorte de moyens à maintenir l'emprise israélienne sur les territoires palestiniens, afin de prolonger l'occupation et d'étendre vraiment la politique de colonisation d'Israël, usent amplement de leur accès aux médias et aux informations pour manipuler les faits dans le but de légitimer la violation générale des droits fondamentaux du peuple palestinien. Il est important de montrer que la lutte palestinienne n'est pas contre Israël ou le peuple juif, mais bien une lutte contre l'occupation, la répression et le refus de liberté. Les civils internationaux qui descendent dans les rues avec les Palestiniens, aident à démontrer que la lutte palestinienne est pour des valeurs universelles d'égalité, de droits de l'homme, de dignité et de liberté.

3) Des comptes rendus de première main. En invitant les individus originaires du monde entier à venir dans les Territoires occupés palestiniens, nous accroissons témoignages et documentations sur ce qui se passe sur le terrain. Rachel Corrie, volontaire du MSI qui a été tuée, écrasée par un bulldozer israélien le 16 mars 2003, écrivait : " ni les montagnes de lectures, l'assis tance à des conférences, la vision des documentaires et les paroles verbales, n'ont pu me préparer à la réalité de la situation ici ". Mais nous voulons être sûrs que ces " paroles verbales " exposées parviennent à atteindre les gens et si le flot déversé par les mass médias ne vas pas dépeindre exactement la lutte contre l'oppression, un à un, les membres actifs du MSI y veillent. Et il viendra un jour, amené par de tels efforts, où le monde regardera en arrière et dira " si seulement nous l'avions su... " Nous travaillons pour que ce jour vienne plutôt vite que lentement.

4) Espoir. Les Palestiniens se sentent aban donnés par la communauté internationale. Les années à demander le respect des résolutions de l'ONU et du droit international ont été ignorées.

Cela, combiné avec le complet contrôle d'Israël sur tout voyage vers ou hors des Territoire palestiniens, a créé une sensation accablante d'isolement et de désespoir, qui a dépouillé les Palestiniens de leur espoir dans un meilleur futur.

Les civils internationaux qui viennent et restent avec les Palestiniens ont cassé cet isolement et fournissent un claquement d'espoir capté par les gens. La stratégie kamikaze visant les civils israéliens, qui a été justement condamnée par la communauté internationale, est un résultat direct de la brutalité de l'occupation et du désespoir qu'elle nourrit. Si la reconnaissance internationale des corps constitués et des gouvernements signataires de la quatrième convention de Genève continue à écarter l'action directe pour soutenir le droit légitime du peuple palestinien à la liberté, et si elle ne sert qu'en paroles aux droits humains palestiniens, la communauté internationale envoie directement un message de désespoir aux personnes qui n'ont que trop souffert sous l'occupation.

Un clair sentiment de justice, une organisation communautaire et l'intelligence de rester inébranlables en face d'une oppression continue, voilà les forces du peuple palestinien. Le MSI est impliqué dans le soutien à ces efforts de résistance, en utilisant nos voix et l'action directe nonviolente avec l'objectif d'affronter et de contester l'occupation israélienne, et afin de lutter pour une liberté bafouée depuis trop longtemps.

Programmes & Projects
Countries
Theme

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.