Thaïlande : Le premier objecteur de conscience défie l'armée

en
es
fr
Netiwit Chotiphatphaisal declaring his conscientious objection

Le 5 avril, vendredi dernier, l'objecteur de conscience thaïlandais et militant des droits de l'Homme Netiwit Chotiphatphaisal a déclaré son objection de conscience devant un centre de conscription militaire dans la province de Samut Prakarn, affirmant ouvertement ses convictions au lieu de se conformer à une convocation. Le report d’incorporation dont il bénéficiait de par son statut d'étudiant a pris fin vendredi. Il n'a pas été arrêté. La Thaïlande ne reconnaît pas le droit à l'objection de conscience.

Connection e.V., War Resisters' International, le Movement for Conscientious Objectors (MCO), Conscientious Objection Watch, New Profile et World Without War demandent que l'objection de conscience soit pleinement reconnue en Thaïlande. « L'objection de conscience est un droit de l'Homme qui doit être respecté, y compris par la Thaïlande », a déclaré Rudi Friedrich, du réseau Connection e.V. « Netiwit Chotiphatphaisal doit être reconnu en tant qu'objecteur de conscience. Il ne doit pas y avoir de poursuites ni de discrimination d'aucune sorte ».

Netiwit Chotiphatphaisal a déclaré :

« Lors du coup d'État de 2014, j’avais annoncé que que lorsque le moment de la conscription militaire viendra, je n'y participerai pas. Cette décision est fondée sur la conviction que contraindre les citoyens qui ne veulent pas servir dans l'armée viole les principes des droits de l'Homme, [...] et contribue à saper la démocratie en Thaïlande. Dix ans ont passé et je réaffirme ma position initiale. La conscription militaire ne promeut pas l'égalité entre les citoyens, mais applique plutôt un système d'oppression à divers degrés.

Bien que Netiwit Chotiphatphaisal n'ait pas été arrêté, il fait toujours l'objet de poursuites pénales pour son objection de conscience pacifiste et politique, ce qui lui vaut normalement trois ans de prison.

L'organisation sud-coréenne d'objection de conscience World Without War a souligné aujourd'hui l'importance de la décision de Netiwit Chotiphatphaisal : « L'objection de conscience au service militaire est un acte de paix. Nous nous souvenons des innombrables objecteurs de conscience qui ont refusé de participer aux massacres et aux violences au Viêt Nam, en Afrique du Sud, en Irak, en Ukraine, à Gaza et ailleurs. La paix et la démocratie ne viennent pas des bottes militaires et des fusils ».

« Semih Sapmaz, de l'Internationale des résistants à la guerre, a ajouté que »les États qui se disent démocratiques doivent respecter le droit international et reconnaître le droit à l'objection de conscience. Les Nations unies ont reconnu à plusieurs reprises le droit à l'objection de conscience au sein de la Commission des droits de l'Homme et du Conseil des droits de l'Homme. Le Comité des droits de l'homme a également reconnu à plusieurs reprises le droit à l'objection de conscience dans ses observations générales et dans ses décisions sur des plaintes individuelles fondées sur l'article 18 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. La Thaïlande est partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Par ailleurs, le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire considère que toute détention d'un objecteur de conscience est arbitraire et constitue donc une violation des normes internationales en matière de droits de l'Homme.

Connection e.V.

Conscientious Objection Watch

Movement for Conscientious Objectors  (MCO) 

New Profile

War Resisters’ International

World Without War

Programmes & Projects
Countries
Theme

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.