Interview : Tarteel Al Junaidi des Équipes chrétiennes d'artisans de la paix à Hébron

en
es
fr
A member of CPT accompanies a number of children in a street. They have their backs to the camera.
A member of CPT accompanies children to school
Author(s)
Tarteel Al Junaidi, entrevista por Andrew Metheven

Suite aux terribles attaques du Hamas en Israël le 7 octobre, et à la violence réciproque des forces de défense israéliennes et des colons en Cisjordanie, nous avons rencontré Tarteel Al Junaidi, membre des Équipes chrétiennes d'artisans de la paix basées à Hébron, afin d'en savoir plus sur la situation dans cette ville et sur le travail de son organisation. L'entretien a été mené par Andrew Metheven, collaborateur du programme de non-violence du WRI.

Pourriez-vous commencer par vous présenter ?

Je m'appelle Tarteel Al Junaidi - je suis Palestinienne d'Hébron, où je suis née et où j'ai grandi. J'ai 28 ans et je suis diplômée en sociologie à l'université de Bethléem. J'ai rejoint les Équipes chrétiennes d'artisans de la paix en 2019. Toute ma vie, j'ai eu à cœur d'aider ma communauté, d'aider à faire entendre la voix de mon peuple et de ma communauté.

Quelle est l'histoire d'Hébron ?

Historiquement, Hébron était une communauté très mélangée entre les musulmans et les juifs, et quelques chrétiens. Historiquement, les juifs et les musulmans avaient des traditions et des croyances très similaires, mais les choses ont changé avec l'arrivée du mouvement sioniste en Palestine. À partir des années 1930, les soulèvements se sont multipliés et les juifs ont fait l'objet d'un parti pris plus clair, ce qui était frustrant pour les Palestiniens - beaucoup de ces juifs avaient émigré d'autres parties du monde.

Le mandat britannique a clairement établi qu'il y aurait plus de terres pour les Juifs au détriment des autres Palestiniens. Cette position est devenue évidente avec la déclaration Balfour en 1917. Le mouvement palestinien voulait y mettre un terme et il y a eu de nombreux soulèvements. En 1929, des attentats ont été perpétrés dans la mosquée Al Aqsa, avec l'aide des Britanniques, et de nombreuses personnes ont été tuées. Les gens ont déversé leur frustration sur les Juifs à Hébron, ce qui a entraîné la mort de 76 Juifs et 9 Musulmans.

Le mandat britannique a évacué tous les Juifs d'Hébron, de sorte qu'il n'y a eu aucune présence juive à Hébron jusqu'à l'occupation de la Cisjordanie en 1967. Un groupe de colons est arrivé avec l'autorisation du gouvernement israélien et a commencé à construire ce qui est devenu la plus grande colonie d'Hébron. Nous avons maintenant quatre colonies à l'intérieur même de la vieille ville. Les colons affirment qu'ils ont une longue histoire à Hébron, mais ils ne sont pas liés aux Juifs de Palestine, seulement par la religion.

En 1994, un colon israélo-américain a envahi la mosquée Ibrahimi et tué 29 Palestiniens qui priaient. La mosquée Ibrahimi est un lieu très saint pour les musulmans, mais aussi pour les juifs. Auparavant, les juifs disposaient d'une zone spéciale dans la mosquée Ibrahimi. Après le massacre, la mosquée a été fermée pendant six mois, et lorsqu'elle a rouvert, elle avait été divisée à nouveau, avec 40 % pour les Palestiniens musulmans et 60 % pour les colons israéliens.

J'utilise les termes "Palestiniens" et "colons israéliens" parce qu'il ne s'agit pas d'une guerre de religion, mais d'une guerre entre le peuple palestinien autochtone et les colons israéliens qui sont venus envahir la région, c'est pourquoi j'utilise les termes "Palestiniens" et "colons israéliens".

Lorsque la deuxième Intifada a commencé en 2001, la vieille ville a été totalement fermée. Toutes les boutiques ont été fermées et la principale rue commerçante - la rue Shuhada - a été totalement fermée, et de nombreux Palestiniens qui vivaient dans la région sont partis pour trouver quelque chose de mieux. La vieille ville est devenue une ville fantôme.

Pouvez-vous nous parler un peu de la situation actuelle à Hébron ?

Il y a maintenant 28 points de contrôle dans la vieille ville, pour protéger les colonies. Il y a quatre colonies, 28 points de contrôle, 800 colons et deux soldats pour chaque colon.

Un point de contrôle sur une route d'Hébron. Il s'étend sur toute la route et est très haut, avec des filets et des barres métalliques.

Après le massacre de la mosquée Ibrahimi, ils ont créé un protocole de sécurité qui a divisé Hébron en deux zones : H1 et H2. H2 est sous le contrôle direct de l'armée israélienne et comprend la vieille ville et les colonies. La zone H1 est sous le contrôle de l'Autorité palestinienne, mais sur le terrain, cela ne signifie rien, car l'armée israélienne peut envahir la ville à tout moment.

À partir du 7 octobre, un verrouillage total a été imposé aux Palestiniens et, pendant un mois, ils n'ont pas été autorisés à sortir de chez eux. Pendant les premiers jours, s'ils sortaient pour aller chercher de la nourriture ou des médicaments, ils étaient menacés d'arrestation, et certains ont été abattus.

De nombreux Israéliens ont fait partie de l'armée et, de ce fait, de nombreux colons extrémistes de la région font aujourd'hui office de militaires. Ce sont eux qui contrôlent la zone et les points de contrôle. Même avant, les colons avaient leur propre sécurité et leur pouvoir sur les soldats. Aujourd'hui, comme ils font partie de l'armée, ils détiennent le pouvoir suprême et personne ne peut les arrêter.

Après le premier mois, les restrictions ont diminué et les Palestiniens peuvent passer les points de contrôle, mais seulement à des heures précises. Lorsque les gens ont commencé à sortir pour manifester pacifiquement, ils ont dû faire face à des tirs à balles réelles et plus de 20 Palestiniens ont été tués depuis le 7 octobre. Alors que les gens manifestent, marchent contre ce qui se passe à Gaza, ils se promènent dans la zone H1, la zone où l'Autorité palestinienne a le contrôle. L'armée israélienne utilise un drone pour tirer des gaz lacrymogènes sur les manifestants, pour les répartir avant qu'ils ne s'approchent du point de contrôle.

Les Palestiniens de la zone H1 vivent un enfer avec les colons et l'armée israélienne. Ils aimeraient que la situation redevienne ce qu'elle était avant le 7 octobre - maintenant, c'est comme vivre dans une prison.

Aimeriez-vous partager une expérience personnelle de la situation actuelle ?

Oui, je vis à côté d'un mirador. Hier, ils sont allés arrêter l'un de nos voisins parce qu'il possédait une voiture illégale. Nous nous rendions chez nous en voiture, ils nous ont arrêtés et ont pointé leurs fusils sur notre voiture. Pendant qu'ils arrêtaient l'homme, ma sœur conduisait. Elle est devenue très triste et a dit : "J'espère que tout ira bien". L'un des soldats l'a entendue et a commencé à crier et à lui dire des gros mots en arabe. Il a commencé à frapper avec son fusil sur les vitres de la voiture et a failli les briser. Il a demandé les clés de la voiture et les a jetées dans la rue, puis il est parti. C'est le genre de choses qui peuvent arriver aux Palestiniens. Nous n'avons rien fait de mal, nous roulions simplement pacifiquement vers notre maison. Ce n'est rien comparé à ce que certaines personnes subissent dans certaines régions.

Pouvez-vous me parler de CPT ?

La CPT est une organisation internationale qui soutient la résistance non violente des Palestiniens. Nous disons toujours que nous ne sommes pas neutres, nous nous tenons aux côtés des personnes opprimées dans les régions où nous travaillons. Cependant, nous sommes neutres lorsque nous partageons des informations et des nouvelles, nous le faisons sans parti pris.

CPT travaille à partir de différents endroits dans le monde. Nous avons une équipe en Colombie, en Irak-Kurdistan, à Lesbos qui travaille avec les migrants, une présence au Canada qui travaille avec les peuples indigènes, et une présence à la frontière américano-mexicaine. L'équipe d'Hébron est la plus ancienne, fondée en 1995.

Nous y menons de nombreux projets. Le travail principal est l'accompagnement scolaire, où nous nous tenons aux points de contrôle où les enfants passent pour aller de leur maison à leur école et en revenir. Les soldats les fouillent, vérifient leurs sacs, les retiennent, les arrêtent. Nous documentons tout cela. Nous avons de bonnes relations avec la Croix-Rouge et l'ONU et s'ils arrêtent un enfant ou envahissent une école, nous essayons d'entrer en contact avec la Croix-Rouge pour qu'elle puisse intervenir et mettre fin à ce qui se passe.

Nous avons ce que l'on appelle le "Programme d'urgence". Nous essayons d'être en contact avec toutes les familles en leur rendant visite et en amenant des volontaires auprès d'elles pour qu'elles puissent raconter leur histoire directement. Si quelque chose leur arrive - une attaque de colons, une invasion de l'armée israélienne, une arrestation ou une détention - elles nous appellent et nous nous rendons sur place pour documenter la situation dès que possible.

Nous étions présents dans les collines du sud de l'Hébron, dans une zone où les colons ont un avant-poste près des villages. Ces villages sont en très mauvaise posture. Neuf d'entre eux se trouvent sur une "zone de tir", une zone d'entraînement pour l'armée, et ils essaient d'expulser toutes les personnes qui y vivent. Il est très difficile de s'y rendre, alors nous essayons de le faire tous les deux mois et de rester en contact avec eux tout au long de l'année.

Nous avons également de petits projets appelés "Through the Lens", dans le cadre desquels des enfants âgés de 12 à 17 ans apprennent la photographie et racontent leur histoire en s'éloignant de la vision et du point de vue des adultes. Nous ne les poussons pas à parler de l'occupation, mais parce qu'ils y vivent, l'occupation s'infiltre dans leur vie.

À quoi ressemble le travail quotidien de l'équipe ? Combien de personnes composent l'équipe ? Comment travaillez-vous ensemble ?

Nous sommes cinq personnes. Avant, nous n'étions qu'une équipe internationale, mais après le covid, tous les internationaux ont dû quitter la région. J'étais le seul Palestinien de l'équipe internationale, mais depuis le covid, nous avions besoin de plus de monde parce que les écoles commençaient et que nous avions besoin de personnes sur le terrain pour nous aider, alors nous avons commencé à avoir plus de volontaires palestiniens, à plein temps.

Nous avons un bureau dans la vieille ville, ce qui nous permet de rester plus facilement en contact avec les habitants, car nous vivons en quelque sorte avec eux.

Au cours d'une journée normale, nous effectuons plusieurs visites à domicile, nous nous rendons dans les écoles. Nous avons également une délégation 3 à 4 fois par an, où 5 à 15 personnes viennent en apprendre davantage. Elles restent deux semaines ici et à Jérusalem, afin de mieux comprendre la situation. Même si vous lisez les nouvelles, que vous suivez de près ce qui se passe, c'est très différent lorsque vous êtes sur le terrain.

Vous avez commencé à évoquer la solidarité internationale. À quoi ressemble la solidarité dans votre contexte ? Comment les gens peuvent-ils aider ?

Protester est très important. Je pense que le boycott est très important - continuez à boycotter les produits israéliens et ceux qui les soutiennent.

Partager ce qui se passe - Je sais que cela peut être épuisant, mais il est très important d'utiliser votre plateforme pour partager ce qui se passe.

Nous encourageons toujours les gens à venir nous rendre visite, afin qu'ils puissent comprendre ce qui se passe.

La WRI est une organisation non violente, tout comme la CPT. J'aimerais savoir ce que vous pensez de la non-violence à Hébron, ce que ce mot signifie pour vous.

CPT considère que notre mode de résistance est la non-violence, et nous essayons d'être avec les gens qui pratiquent la résistance non-violente. Parfois, les gens n'ont pas d'autre choix que de résister, à leur manière. Les familles qui vivent à proximité des colons ou dans un environnement très contrôlé n'ont pas d'autre choix que d'essayer de poursuivre leur vie aussi normalement que possible. Parfois, vivre est leur seule option. Ils [les colons et les militaires] leur rendent la vie difficile, mais les gens essaient de rester dans cette zone. Beaucoup de gens partent à cause des restrictions, mais ceux qui sont là pratiquent la non-violence en restant.

Notre seule option est d'essayer de vivre.

Il est très facile pour les personnes extérieures au conflit d'oublier qu'il s'agit de la vie des gens et que le conflit se déroule dans la vie quotidienne des gens. J'ai une dernière question : à quoi ressemble l'avenir ? À quoi ressemble une paix juste ? Qu'est-ce qui doit se produire ou changer ? Avez-vous au moins l'espace nécessaire pour y penser ?

Il est très difficile d'envisager l'avenir maintenant, surtout avec ce gouvernement israélien, qui ne veut que se servir lui-même. Ce que je souhaite, c'est vivre en paix, comme c'était le cas avant 1948. Les juifs, les chrétiens et les musulmans vivaient ensemble, en paix, dans un seul pays. Chacun avait le droit de pratiquer le culte qu'il voulait.

Pour avoir cet avenir, il y a beaucoup de travail à faire au sein de la communauté israélienne et de la communauté palestinienne. Nous n'avons pas de problème avec la présence d'une autre religion, il s'agit de vivre dans la dignité et d'avoir ses propres droits.

Pour les deux communautés, les Palestiniens ont subi une longue occupation, qui se poursuit encore aujourd'hui. De nombreux Palestiniens ressentent un besoin de vengeance ou ne supportent pas la présence d'Israéliens parce qu'ils n'ont connu que des tueries, des meurtres et des arrestations. Chaque Palestinien a subi une agression de la part de l'armée ou des colons. Nous devons donc panser ces plaies si nous voulons un avenir pacifique. On ne peut pas simplement rassembler des gens et leur dire qu'ils peuvent vivre en paix

Information sur l'auteur
Programmes & Projects
Countries

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

About the authors

We have had a kind offer from an individual donor, who will match up to £5,000 of donations from others - so by supporting War Resisters' International today your donation is worth double!