Communiqué sur le rétablissement de la conscription au Honduras

WRI Logo

Le service militaire obligatoire au Honduras , aboli en 1994, rappelle encore des souvenirs pénibles de violations terribles des droits de l’homme tels que le recrutement forcé, les disparitions forcées et la torture et la mort de tous ceux qui refusaient de s’engager ou faisaient campagne contre ça.

Les jeunes gens du Honduras, en particulier ceux des quartiers économiquement défavorisés, étaient litttéralement traqués dans les rues et dans les transports publics afin d’être emmenés vers des casernes militaires et forcés de faire un service militaire armé. Nous sommes conscients du fait que beaucoup d’entre eux étaient opposés au service militaire et y faisaient objection à cause de leurs croyances religieuses, morales ou philosophiques, mais ont été brutalement privés de leur droit de refuser de devenir des soldats.

L’ Internationale des Résistants à la Guerre a la ferme conviction que les initiatives pour rétablir un service militaire obligatoire, comme le système introduit par M. David Chavez, ne sont pas des pas dans la bonne direction, si le résultat souhaité est de diminuer le taux de criminalité et d’éviter que les organiations criminelles recrutent la jeunesse du Honduras, ce qui est justement les deux arguments utilisés le plus souvent pour justifier le rétablissement du service militaire obligatoire.

Ces buts ne peuvent être atteints qu’ en mettant en oeuvre une culture de paix et de non-violence à tous les niveaux de la société, et non par une militarisation renforcée de celle-ci. Ce dont les jeunes gens du Honduras ont besoin , ce sont des emplois décents et bien payés qui amélioreraient leur niveau de vie. Un service militaire obligatoire ne serait pour beaucoup d’entre eux qu’une autre impulsion pour quitter le pays et accroître encore la vague de migration,

Même si cette initiative remporte un succès, le Gouvernement du Honduras aurait besoin de garantir le droit à l’objection de conscience contre le service militaire pour tous ceux qui refusent de s’engager. Nous rappelons au Gouvernement du Honduras et à M, Chavez que le droit à l’objection de conscience contre le service militaire est basé sur l’article 18 du Pacte International sur les Droits Civiques & Politiques, qui garantit le droit à la liberté de pensée, de conscience, de religion ou de conviction Le Honduras a signé ce pacte et donc non seulement il fait partie de la législation de ce pays ,mais est au-dessus de toutes les lois nationales.

Cela veut dire que, de par la loi internationale, tous ceux qui s’opposent au service militaire ont le droit de ne pas s’engager, ce qui fait que le recrutement forcé est illégal et serait une violation flagrante de leurs droits de l’homme , C’est dans ce sens que nous voudrions imviter M. Chavez à re-considérer cette initiative qui apporterait plus de mal que de bien au Honduras et à sa population.

Programmes & Projects
Countries
Theme

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.