Déclaration sur l’intervention militaire de la Turquie en Syrie du Nord

Human Rights Foundation of Turkey

Les militaires turcs ont mené une opération appelée’ Branche d’Olive’ en Syrie depuis le 20 janvier 2018. Les rapports en provenance de la région montrent le coût humain de cette opération qui continue à présent, et inclue des centaines de tués ainsi que de blessés, et comment cela a encore ajouté au conflit qui règne dans la région.

En même temps, les rapports en provenance de l’intérieur de la Turquie nous décrivent des récits d’oppression grandissante contre les voix dissidentes qui s’opposent à la guerre. Celles-ci incluent des centaines de personnes détenues ou arrêtées à cause de leurs messages sur les médias sociaux qui critiquent le gouvernement et son intervention militaire, ainsi que les arrestations et la détention de personnes bien connues, telles que les membres du comité de l’Association Médicale Turque qui se sont opposés à l’opération militaire , et ont déclaré que ‘la guerre était une question de santé publique ‘

L’Internationale des Résistants à la Guerre affirme sa solidarité avec les militants en Turquie qui soutiennent la paix et s’opposent à la guerre en Syrie, en Turquie et ailleurs. Voici ci-dessous une déclaration faite par l’Association des Droits de l’Homme et la Fondation des Droits de l’Homme de Turquie, qui est soutenue par le groupe de travail de l’IRG sur la Turquie, sur la présente opération militaire en Syrie du Nord.

La Guerre Tue ! Non à la Guerre ! Nous Voulons la Paix !

Les déclarations des autorités politiques turques en ce qui concerne l’intervention militaire en Afrin dans des territoires syriens se sont transformées en une guerre ouverte le 20 janvier 2018. L’opération aérienne sur l’Afrin a été lancée à la suite des déclarations du Président de la République puis de l‘Etat -Major. De plus, il est entendu en voyant les images de la presse que l’assaut au sol a aussi été lancé avec la participation de la soi-disant Armée Libre Syrienne ( FSA) et qui consistait en des groupes paramilitaires indéfinis qui avaient été transportés dans les territoires syriens après avoir traversé la Turquie.

Dans nos déclarations précédentes , nous avions averti les autorités politiques et annoncé notre position contre l’entrée dans une telle guerre ouverte.

Bien qu’il y ait des tentatives de vernir quelques-uns des faits très clairs de la guerre, nous voudrions partager à nouveau la simple vérité de base.

La guerre tue, mutile, cause de l’immigration, et affecte particulièrement les enfants, les femmes, et les personnes LGBTI, c’est la source de graves violations des droits de l’homme, en particulier de la torture ; cela amène de graves traumatismes dans les mondes émotionnels des sociétés à être transmis de génération en génération; la guerre détruit l’écologie, la guerre anéantit les sources de l’économie.

Plus particulièrement nous voudrions attirer l’attention du public sur le fait qu’il y a des points dans la déclaration faite par l’Etat-Major le 20 janvier 2018, qui ne satisfont pas l’opinion publique démocratique et sont contraires à la loi et à la légitimité :

Tout d’abord, pour que la Turquie puisse procéder à une intervention militaire en Syrie et dans les territoires Irakiens, il est bien connu de tout le monde qu’une décision du Conseil de Sécurité de l’ONU est nécessaire. L’ Article 91 de la Constitution le spécifie. L’autorisation d’utiliser la force accordée par le gouvernement n’est pas suffisante pour cette action. Dans la déclaration de l’Etat-Major, ils ont adressé au Conseil de Sécurité des décisions qui concernent des mesures anti-terrorisme. Cependant, ces décisions ne sont pas considérées en ce qui concerne les organisations déclarées par le Conseil de Sécurité come étant des organisations terroristes.. Comme l’Etat-Major le sait, le soi-disant Daesh est inclus dans la justification de cette opération. Le monde entier sait qu’il n’y a pas de Daesh en Afrin . Dans ces circonstances , effectuer une agression militaire dans les territoires d’un autre pays en la justifiant par des organisations qui ne sont pas considérées dans les décisions du Conseil de Sécurité , n’est pas valide face à l’opinion publique et à l’ONU. De plus, les menaces et les attaques de l’Afrin Syrienne en Turquie doivent être présentées de façon concrète . Une telle attaque ( autre que des tirs de harcèlement à la frontière) n’a pas été déclarée publiquement. Dans ce cas , il n’y a pas de base pour l’ utilisation de l’Article 51 de la Charte des Nations Unies.

Il est aussi remarquable que la justification de cette aggression qui équivaut à une déclaration de guerre a été annoncée par l’Etat-Major. Le Parlement et le Gouvernement sont en fait désactivés.

Il est indiqué dans la déclaration faite par l’Etat-Major que le plus grand soin a été apporté pour empêcher des victimes civiles. Cependant, comme résultat de l’agression accomplie, les nouvelles et les photos indiquant dans plusieurs organes de presse des douzaines de blessés et de tués civils, suscitent de graves inquiétudes. La Turquie fait partie des Conventions de Genève et devrait être consciente de la responsabilité de ses actes. Une fois de plus nous voudrions faire partager notre crainte que cette situation en Afrin ,où vivent des centaines de milliers de personnes , pourrait fort bien mener à une catastrophe humanitaire.

Comme nous l’avons indiqué ci-dessus, nous voudrions préciser que la menace utilisée par la Turquie pour attaquer la région d’Afrin n’est pas concrètement possible. Cela donne l’impression que la Turquie a commencé une action belliqueuse, qui peut mener à de sérieuses souffrances , de telle façon que l’autorité politique en Turquie puisse continuer avec son aspect oppressif et autoritaire et son Etat d’urgence. Le fait de présenter comme une menace le gouvernement établi par les communautés, familles et apparentés des peuples Kurdes et Alevites habitant en Turquie avec d’autres peuples, est contraire à la démocratie et aux droits de l’homme. Cette situation peut provoquer une profonde polarisation entre des peuples qui veulent vivre en paix en Turquie, et mettre en danger la paix intérieure de la Turquie. Nous invitons les autorités politiques à renoncer à ces actions bellicistes démentes. Nous faisons à nouveau appel aux autorités politiques.

Renoncez aux lignes politiques basées sur la guerre, les conflits à l’intérieur ou à l’extérieur du pays! La possibilité existe de vivre ensemble avec tous les peuples et tous les groupes de différentes convictions à l’intérieur des règles démocratiques tant que la volonté de trouver des solutions pour ces problèmes est prouvée par des moyens pacifiques et démocratiques. Comme tant d’autres exemples dans le monde, la Turquie a besoin de trouver une solution véritable pour la Question Kurde .

En renversant le processus de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016 , qui a été réprimée avec succès , en en faisant un contre-coup d’Etat et en gouvernant le pays avec un Etat d’Urgence à partir du 20 juillet 2016, les autorités politiques ont forcé le pays à faire face à un fait accompli , et ont entraîné le pays dans une guerre ouverte en justifiant leurs actions pour gouverner les Cantons Syriens. A moins que les autorités politiques reviennent sur ces lignes d’action, il est évident que la Turquie sera gouvernée selon les règles d’un état en guerre. Dans de telles circonstances, il sera inutile de dire quoi que ce soit sur les droits de l’homme et la démocratie.

Nous en appelons à l’opinion publique, et en particulier aux mouvements et institutions des droits de l’homme en Turquie et dans le Monde pour terminer cette guerre avant qu’elle ne se répande et de prendre des initiatives pour prendre les actions nécessaires afin de trouver une solution à ces problèmes par le dialogue et la négociation.

Nous Défendons la Paix contre la Guerre !
Nous Choisissons Délibérément la Paix !

Association des Droits de l’Homme

Fondation des Droits de l’Homme de Turquie

 

Programmes & Projects
Countries

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.