Édito

Une fois encore, notre travail pour le droit à l'objection de conscience a trouvé une issue positive : le Groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire a formulé un avis, sur trois affaires concernant la Colombie présentées par l'Internationale des résistantEs à la guerre, signifiant clairement que le recrutement forcé des objecteurs de conscience constitue une forme de détention arbitraire (cf article ci dessous). Bien que les effets sur le terrain, en Colombie, ne se font pas sentir immédiatement, il s'agit néanmoins d'une importante et grande victoire pour tous les objecteurs de conscience de Colombie et au-delà.

À nous et aux organisations en Colombie, de maintenant nous servir de manière avisée des opinions formulées par le Groupe de travail pour poursuivre nos efforts de promotion de l'objection de conscience en Colombie et ailleurs. La décision du Groupe de travail est aussi le résultat d'une étroite collaboration entre l'Internationales des résistantEs à la guerre et ses partenaires en Colombie qui ont fourni les informations utilisées par l'IRG pour soumettre ces affaires au Groupe de travail. Cela montre ce qui peut-être réussi lorsque le savoir des groupes locaux se joint à l'expérience internationale.

Cependant, l'Internationale des RésistantEs à la guerre dépend toujours de vos dons pour que ce travail puisse se poursuivre. C'est pourquoi nous vous demandons de nous les envoyer dès maintenant via http://wri-irg.org/fr/donate-fr.htm

Andreas Speck